Le chantier du nouveau terminal du Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport, avec des investissements de Rs 10 à Rs 12 milliards, devra être bouclé à la fin de cette année. Une étape majeure devra être franchie d’ici la fin d’octobre avec l’installation des passerelles télescopiques hi-tech. C’est ce que prévoit l’Airport Terminal Operation Ltd (ATOL), avec l’Airports of Mauritius Ltd (AML), actionnaire majoritaire à hauteur de 90%. L’ATOL, qui s’est vu confier la responsabilité du nouveau terminal pour les 15 prochaines années, prévoit d’organiser une série de tests grandeur nature dans l’enceinte du nouveau terminal au cours du premier trimestre de l’année prochaine.
Ainsi, la cérémonie inaugurale du nouveau Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport pourrait faire partie du programme de célébrations nationales marquant le 45e anniversaire de l’accession de Maurice à l’indépendance le 12 mars prochain. À ce stade, aucune confirmation officielle quant à la date d’inauguration du nouvel aérogare n’a été obtenue, même si les activités opérationnelles devront démarrer à partir du début de l’année prochaine.
Depuis la fin de la semaine, les travaux d’infrastructure aéroportuaire abordent un nouveau tournant avec les opérations de débarquement de sept passerelles télescopiques de haute technologie de la marque mondiale Thyssen-Krup, fabriquées en République populaire de Chine. Ces passerelles seront installées aux cinq portes d’accès au nouveau terminal de Plaisance. Pour le seul accès aux avions Airbus A380, ATOL prévoit d’opérer trois passerelles, car avec l’arrivée de tels gros porteurs, il faudra s’attendre au débarquement et à l’embarquement d’une moyenne de 700 passagers par vol. Les trois passerelles pour l’A380 pèsent chacune 31,8 tonnes.
Les caractéristiques des passerelles sont qu’elles font en moyenne 29,6 tonnes et mesurent 25 mètres de long en position rétractable, au cas contraire elles peuvent atteindre 42,2 mètres, et 4,1 mètres en hauteur. Les contracteurs de la China State Construction and Engineering Corp indiquent que les travaux d’installations des nouvelles passerelles dureront de la mi-septembre à la fin d’octobre.
À ce jour, les sept pré-passerelles pour assurer la connexion avec les avions ont déjà été fixées, alors que le convoyage sur route des équipements massifs devra se poursuivre jusqu’à la fin de la semaine. Compte tenu de la taille et du poids conséquents de chaque passerelle, des dispositifs de sécurité ont été déployés avec l’expertise de la compagnie de logistique DAMCO sollicitée par les contracteurs.
Outre des modifications aux Trailers pour le transfert des passerelles, une remorque spéciale a été acheminée de la Réunion pour les transporter sous des ponts faisant cinq mètres de haut au maximum se trouvant sur le trajet Port-Louis/Plaisance. Ce convoi spécial circulant la nuit bénéficie de l’escorte de motards de la police pour assurer la sécurité des usagers de la route. La traversée du port à l’aéroport prend un peu plus de trois heures.
« Avant leur embarquement sur le Honor Pescadores en République populaire de Chine, ces passerelles télescopiques ont subi tous les tests de sûreté et de contrôle requis. C’est une étape majeure qui sera franchie avec l’installation des passerelles télescopiques permettant aux passagers d’être transférés du terminal à leur avion, à l’arrivée comme au départ », déclare le Deputy Chief Executive Officer d’ATOL, Deva Thancanamootoo.
Commentant l’évolution de ce vaste chantier, le Deputy CEO Thancanamootoo affirme : « Nous sommes satisfaits de l’avancement des travaux à Plaisance. Toutefois, il reste beaucoup à faire. Nous mettons la pression pour que la China State Construction and Engineering Corporation nous livre le gros oeuvre à la fin de cette année. Ainsi, le premier trimestre de l’année prochaine sera consacré à des tests, dont des exercices de simulation de départ et d’arrivée ou encore tout le système de réception et de livraison des bagages. »
Le nouveau terminal du Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport a déjà accusé réception des générateurs et des groupes de froid. « Des progrès substantiels ont été accomplis sur l’aire de stationnement des avions, avec les six mâts de lumière de 28 mètres de haut, pour éclairer les installations aéroportuaires, qui ont été installés », indique le Deputy CEO d’ATOL à Week-End, qui l’interrogeait sur l’état de ce chantier.
Les travaux sur le viaduc menant au terminal de départ sont avancés et ceux de l’aire de stationnement des voitures engagés. Avec la livraison du terminal à la fin de cette année, ATOL se prépare à affronter l’étape délicate de la mise en place des différents services opérant dans un terminal d’aéroport. « La série d’exercices de simulation que nous prévoyons en début d’année prochaine est essentielle pour la mise à l’épreuve des facilités disponibles. Mais le véritable nerf de la guerre demeure tout le système informatique de l’aéroport », indique Deva Thancanamootoo, qui repousse d’un revers de la main la mauvaise expérience de l’ouverture du terminal 4 de l’aéroport de Heathrow avec tous les responsables d’ATOL ou encore d’Airports of Mauritius Limited gardant les doigts croisés…