L’un des plus importants contrats jamais alloué par le gouvernement, que ce soit sur le plan financier ou stratégique, soit les travaux sous le Road Decongestion Project, comprenant l’introduction et la gestion du réseau de Toll Roads et la construction du Harbour Bridge, se retrouve depuis la fin de l’année dernière au centre de graves controverses. La valeur nominale de ce contrat est de Rs 30 milliards et d’aucuns affirment qu’avec l’exécution des travaux, il existe de fortes chances que les autorités soient appelées à injecter des fonds supplémentaires comme ce fut le cas pour des projets similaires à Sydney en Australie et en Afrique du Sud.
Dans la conjoncture, le choix de la Road Development Authority (RDA) du consortium Colas-Bouygues en tant que Preferred Bidder est contesté officiellement par l’autre soumissionnaire, J.V. GroupFive – Strabag d’Allemagne. Les procédures de contestation initiée par les conseils légaux de J.V. GroupFive – Strabag auprès de la RDA depuis le début de l’année devront aboutir à partir de la semaine prochaine devant l’Independent Review Panel (IRP), instance d’arbitrage prévue par la Public Procurement Act.
À ce matin, les informations recueillies par Le Mauricien indiquent que les responsables du consortium contestant le choix de Colas-Bouygues n’ont pas été informés officiellement de la décision de la RDA devant les objections formulées dans une correspondance officielle en date du vendredi 4 janvier de cette année. En l’absence de réactions officielles de cette instance à la contestation du choix de Preferred Bidder, J.V. GroupFive – Strabag se met actuellement aux préparatifs en vue d’avoir recours à l’arbitrage de l’IRP. Cela afin de revoir les procédures suivies et adoptées par la RDA et le Transaction Advisor nommé par le gouvernement pour assurer le suivi de la mise à exécution de cet important projet.
Les tentatives pour obtenir des explications et éclaircissements au sujet des critères retenus pour le choix de Colas-Bouygues aux dépens de l’autre consortium germano-sud-africain ont été vaines jusqu’ici. Du côté de J. V GroupFive – Strabag, l’on a préféré éviter de faire des commentaires dans la conjoncture pour écarter toute possibilité de mauvaise interprétation de la démarche engagée. En principe, le délai pour une réponse de la RDA à la contestation initiale de J. V GroupFive – Strabag expirera samedi avec ce dernier consortium bénéficiant d’un nouveau de 15 jours, soit jusqu’au 4 février pour soumettre les documents relatifs à l’IRP.
Si d’ici la fin de la semaine, le soumissionnaire J.V. GroupFive – Strabag n’est pas en présence de réponse de la RDA ou n’est pas satisfait de la teneur des explications de ce public body, il n’aura d’autre choix que de s’en remettre à l’IRP. Cette instance sera appelée à traiter l’un des contrats les plus conséquents alloués et qui devrait avoir des ajustements dans le calendrier de travail sur le terrain déjà arrêté conjointement entre les autorités et les contracteurs.
L’un des plus importants volets du Mauritius Road Decongestion Project est la gestion des routes à péage, notamment la Port-Louis Ring Road, le Harbour Bridge, dont la construction enjambant la rade de Port-Louis de Les-Salines à Roche-Bois, le nouveau à être construit des régions basses des Plaines-Wilhems pour relier la Nationale à la hauteur de Pailles, la Terre-Rouge/Verdun Link Road, la Verdun/Trianon Link Road, les tronçons de l’autoroute entre Bagatelle et Valentina, Pont-Fer et Port-Louis et le Quai D à Terre-Rouge.
La contestation du choix de Colas-Bouygues en tant que Preferred Bidder est principalement axée sur la nature technique des propositions de ce consortium, dont la construction d’un important pilier du Harbour Bridge dans la voie navigable du port, gênant tout développement futur du Terminal Cruise. Il y a également le fait que des changements au design soumis auraient été autorisés après la clôture de la période d’appel d’offres, décision jugée contraire aux pratiques établies.
Des spécialistes, qui ont eu accès au dossier technique, soutiennent avec force que les propositions de Colas-Bouygues « is non-compliant and do not meet the request for proposal technical requirements ». Pour cause, ils citent un exemple parmi tant d’autres : « The interchanges and the traffic movements at Phoenix, Dowlut and Jumbo roundabouts do not meet the request for proposal minimum technical requirements – compliance. Road Development Authority’s specific intention to move Mauritius to full grade separated interchanges is ignored ». Les propositions soumises et retenues, avancent-ils, ne viendront que s’ajouter aux graves problèmes de congestion routière au lieu de les alléger sous le Mauritius Road Decongestion Project. Tout semble indiquer que, dès la fin de la semaine, le débat se déplacera devant l’IRP à l’initiative de J. V GroupFive – Strabag…