Le ministre Stephan Toussaint (à g.) et le CEO du COJI, Jean-Pierre Sauzier (au centre), lors de la visite des infrastructures en décembre dernier"
  • Rs 605 millions seront investis pour remettre à jour les infrastructures des 17 autres sites de compétitions
  • La fin des rénovations est annoncée pour mai prochain

Le complexe multisport de Côte d’Or sera-t-il prêt pour les Jeux des Îles de l’océan Indien (JIOI) qui se tiendront à Maurice du 19 au 28 juillet prochain ? Cette question est sur toutes les lèvres sachant que le site est encore en chantier à sept mois des 10es JIOI.

Projet gouvernemental d’envergure comme l’a annoncé le Premier ministre, Pravind Jugnauth lui-même, ce complexe bénéficie de l’expertise chinoise. Le complexe au coût de plus de Rs 3,1 milliards sera composé d’un stade de football aux normes de la FIFA, d’une piscine olympique et d’un stade d’athlétisme aux normes internationales et d’un gymnase.

Néanmoins, valeur du jour, on ne sait pas de facto, où en est l’avancée des travaux. Mais au cas où les travaux tardent à aboutir pour les 10es, – ce qui est fort probable – les matchs de foot se joueront au New George V Stadium et à Auguste-Vollaire. La natation aura lieu au complexe SPARC de Médine, l’athlétisme au stade Germain Comarmond et le volley-ball à Pandit Sahadeo. D’ailleurs, les entrepreneurs sont à pied d’oeuvre pour achever les travaux sur les 17 autres sites de compétitions qui devraient être une alternative au complexe sportif de Côte d’Or. Ils devraient être disponibles en mai avait fait ressortir le ministre de la Jeunesse et des Sports, Stephan Toussaint lors de la dernière visite des lieux datant du 3 décembre 2018. Madun Balloo le coordinateur du projet de rénovation avait quant à lui avancé que le Centre national de boxe au Complexe sportif de Vacoas sera fi n prêt le 7 mai 2019. Selon lui, « il n’y a pas de retard et qu’ils vont même essayer de terminer un peu plus tôt pour que les athlètes puissent avoir le temps de s’exercer dans le nouveau ring ».

Des travaux comme l’installation des gradins flambants neufs et la construction d’un vestiaire et d’un entrepôt figurent aussi dans le cahier de charges. Au Centre national d’haltérophilie, la mise en place d’un système de ventilation est la priorité. « En ce qui concerne l’haltérophilie, il y a que des petits travaux à faire, notamment aérer le salle d’entraînements des haltérophiles. C’est comme un four lorsqu’ils entraînent », explique Stephane Toussaint. Quant au gymnase de Pandit Sahadeo où se déroulera le tournoi de volleyball, beaucoup d’innovations sont prévus. Le parquet sera entièrement refait, une plateforme pour la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) et la presse sera aménagée.

Un scoreboard de la marque Mondo sera installé ainsi que des nouveaux équipements de sons et lumières et un générateur, en cas de panne d’électricité. Pour ce qui est des spectateurs, un VIP lounge sera aussi construite ainsi qu’un vestiaire pour les joueurs. Au stade George V à Curepipe, les entrepreneurs sont en train de mettre les bouchés doubles pour que les travaux soient achevés au plus tard le 15 mai 2019. Le stade sera rénové de fond en comble, c’est-à-dire que les sièges endommagés dans les gradins seront remplacés, des travaux de réparation, d’étanchéités et d’isolation des toitures, terrasses et murs seront effectués. En ce qui concerne le terrain de foot, il sera réaménagé selon les normes internationales. Les problèmes d’accumulation d’eau seront réglés avec les installations des drains, tuyaux et bouches d’égout.

Des rénovations après 15 ans

Tout ce qui se trouve à l’extérieure du stade, notamment le parking ne sont pas en reste. À savoir que le stade George V, dont la construction a commencé en 1954 pour prendre fin en 1955, a été démoli en 2002, pour faire place à une structure moderne afin d’accueillir le tournoi de football lors des JIOI de 2003. Par ailleurs, l’étendue des travaux du Centre national de badminton à Rose-Hill, tout comme le complexe sportif de Beau-Bassin est identique à celui d’autres sites de compétitions. Cela comprend entre autres, la rénovation des infrastructures existantes comme les toilettes, l’électricité et la plomberie. Pour ce qui est de la piscine de Serge Alfred à Beau-Bassin et du stade de Germain Comarmond à Bambous, les deux endroits seront remodelés avec des remplacements des matériels endommagés.

Stephan Toussaint se dit confiant que les sites de compétitions pour les JIOI seront prêts à temps. « L’évolution des travaux est positif. Ça progresse vite. Nous sommes très satisfaits. Nous aurons des infrastructures dignes de ce nom et très correctes dans le cadre des JIOI. Faut savoir qu’on entreprend des rénovations gigantesques et pharaoniques après 15 ans. Le tout pour un coût de Rs 605 millions », fait-il ressortir.

Cependant, du côté du public en général et des fins connaisseurs en construction, les craintes que tous les travaux ne soient complétés pour accueillir des jeux des îles se font ressentir. Avec les aléas de ce début d’année, comme des intempéries où la possibilité de cyclones, il est difficile de donner une garantie.