Le ministre des Infrastructures publiques et du transport routier, Nando Bodha, a annoncé, hier après-midi, à Cassis, lors du lancement de deux autobus « semi-low floor » par la compagnie United Bus Service (UBS), que le gouvernement finalisera sous peu un grand plan de décongestion routière au coût de Rs 15 milliards. « À ce moment-là, nous allons voir une autre île Maurice et un meilleur service d’autobus pour la population », dit-il.
Un des éléments de ce plan de décongestion routière est l’enlèvement des parkings qui se trouvent dans certaines artères de la capitale dont aux rues Labourdonnais, Pope Hennessy et Royale afin de rendre la circulation plus fluide. « Nous allons aussi introduire des autobus low-floor comme en Europe, et des autobus hybrides et électriques », a indiqué le ministre. Tout, dit-il, doit être fait pour rendre le transport en commun plus attrayant pour les passagers et offrir de meilleures conditions de travail aux chauffeurs et receveurs. « Le secteur du transport par autobus représente le poumon de notre économie », a-t-il fait ressortir.
Nando Bodha a aussi annoncé l’acquisition de nouveaux autobus dans le cadre de la modernisation de la flotte. Il y en aura au moins 200 cette année, ce qui représente environ 10 % de la flotte totale d’autobus qui circulent dans le pays, contre 4 % dans les années passées. Le ministre indique que la CNT fera l’acquisition prochaine de 100 nouveaux autobus et souhaite que la UBS en fasse de même. Il a aussi parlé du projet avorté de l’introduction du light-rail system à Maurice. Ce qui aurait coûté à l’État la somme de Rs 34 milliards, « trop lourd pour le pays ». « Il faudra en finir avec les vieilles gares et vieux abribus », a-t-il affirmé. D’où la démarche du gouvernement visant à rénover les deux gares routières de la capitale au coût de Rs 1 milliard. « Dans les nouvelles gares, il n’y aura plus de navette car ce sont les autobus venant du Nord, par exemple, qui poursuivront leur trajet jusqu’à la gare Victoria avant de retourner et ceux venant du Sud feront la même chose en direction de la Place de l’Immigration ».
Pour sa part, le General Manager de la UBS, Swaleh Ramjane, a indiqué que la compagnie a mis du temps avant d’acheter des autobus « semi-low floor » mais que la compagnie compte se rattraper très prochainement avec l’acquisition de 66 nouveaux autobus de ce type. « Des progrès sont réalisés dans le secteur du transport en commun, tant du côté de la modernisation de la flotte d’autobus que des infrastructures mais notre plus gros problème actuellement est le transport illégal », a-t-il souligné.
C’est le troisième lancement d’autobus « semi-low floor » auquel Nando Bodha a assisté ces dernières semaines, après Triolet Bus Service (TBS) et la Corporation Nationale de Transport (CNT). Le ministre compte se rendre bientôt dans le Sud pour le même exercice.