Depuis un peu plus d’un an, l’île Maurice ressemble à un véritable chantier routier. La construction de nouvelles routes, l’élargissement de routes existantes et l’élimination des bottlenecks, comme les ronds-points, sur les artères principales, sont visibles dans diverses régions du pays, mais surtout sur la nationale M1 qui relie l’aéroport à Grand-Baie. Le début de l’année 2012 est donc marqué par le sceau du développement routier. Ces projets majeurs, qui s’inscrivent dans le cadre du Road Decongestion Programme et qui a déjà coûté Rs 3,4 milliards au contribuable, sont destinés à résoudre les graves problèmes de circulation qui affectent les automobilistes, en particulier ceux qui se rendent sur leur lieu de travail chaque jour dans la capitale.
Mais si le flot de véhicules de rendant à Port-Louis va s’accélérant, il n’en demeure pas moins vrai que le croisement des circulations sud/nord et nord/sud au niveau de la place d’Armes demeure la charnière centrale de la congestion et qu’à ce stade aucune parade déterminante n’y a été trouvée en attendant la Ring road et son arlésienne tunnel de la vallée de Pailles, le Dream Bridge et le nouveau pont Colville Deverell qui devraient faire baisser la pression à ce niveau. 
Avec l’introduction de ces nouvelles voies, les données sont en cours de changement et les autorités, le ministère des infrastructures publiques, la RDA (Road Development Authority) et la TMU (Trafic Management Unit) attendent les conclusions de la nouvelle étude qui sera bientôt menée dans le but de revoir le trafic management à Port-Louis, dans sa globalité, pour que tout le travail effectué en amont de la capitale soit efficace Mais si l’on veut gagner la bataille de la décongestion, on doit aussi élaborer une stratégie visant à empêcher qu’à la moindre intempérie, le moindre accident, voire la plus petite panne ne provoquent pas des embouteillages monstres…
Week-End vous fait un tour d’horizon des projets complétés, en cour et à venir