Le marché municipal de Quatre-Bornes, une vieille bâtisse datant de 1942 et construit sur un terrain appartenant à une société privée, était censé être démoli et délocalisé en vue du projet métro-léger cher au gouvernement sortant travailliste. Il n’en sera rien.
Au contraire, le maire de la ville, M. Sonoo, annonce un projet de rénovation. “La toiture actuelle est en très mauvais état et de là où se trouve mon bureau, je peux en constater le très mauvais coup d’oeil. C’est un eye-sore. Nous avons les fonds qu’il faut et nos allons tout remplacer”, déclare-t-il.
La décision du maire semble avoir déjà été avalisée par son Conseil municipal et, le moins qu’on puisse dire elle ne déplaît pas à nombre de citoyens de la ville qui ne sont nullement emballés à l’idée de voir ce marché – idéalement situé dans le centre-ville – être déplacé. Surtout si c’est pour être relogé à l’emplacement du vieux stade Jos Guy Rozemont (ex-Stade Candos). Beaucoup de sportifs de la ville, voire du pays, qui ont joué sur son gazon vont aussi regretter la destruction de ce stade construit en 1956 par des conseillers municipaux bien plus visionnaires et qui avaient réellement l’amour du sport.
Il semblerait que ce soit au gouvernement central que certaines personnes influentes – qui, cependant, n’ont jamais habité la Ville des fleurs – insisteraient pour imposer démolitions et reconstructions ça et là, sans consultations avec quiconque.