Barclays Mauritius a procédé ce matin, à l’hôtel Le Labourdonnais, au lancement officiel de son programme intitulé Elev8, dont l’objectif est de promouvoir des projets d’entreprise innovateurs dans le domaine de la technologie financière. Une vingtaine d’entrepreneurs seront sélectionnés sous ce programme pour suivre une formation de six mois au siège social de Barclays Mauritius, à Ébène. Le développement des applications mobiles, liées aux services bancaires et financiers, sera dans un premier temps privilégié.
Barclays Mauritius dispose à Ébène d’un centre incubateur avec l’équipement et la logistique nécessaires pour permettre à de jeunes entrepreneurs de développer leurs idées innovatrices en matière de technologie financière. Les participants seront encadrés par une équipe de spécialistes de la banque et bénéficieront de l’assistance technique d’une société ayant fait ses preuves dans le domaine de la technologie informatique. Le programme Elev8, a déclaré Ravin Dajee, Managing Director de Barclays Mauritius, est une première pour la banque au plan local et cadre avec la politique citoyenne de cette dernière. Ravin Dajee a fait état du programme M-pesa au Kenya où Barclays Africa est présente depuis une centaine d’années. Les applications mobiles facilitées par le programme M-pesa, plus précisément les transferts d’argent par téléphone portable, ont permis à la société, gérant le système, d’enregistrer des revenus importants qui dépassent ceux d’une banque.
Barclays Mauritius a pris pour référence le succès remporté par les cinq centres de « Rise » à Londres, Manchester, New York, Tel Aviv et Cape Town dans le développement des applications technologiques innovatrices pour concevoir son programme Elev8. La banque a recherché le concours du Dr Etienne Slabbert, Chief Information Officer au sein de Barclays Africa Regional Management, pour l’élaboration et la mise à exécution de son projet. Les investissements dans la technologie financière, a déclaré le Dr Slabbert, ont fortement augmenté au cours de la période 2012-2014 pour atteindre environ USD 12 milliards alors que les revenus dans les services financiers visés par les start-up sont estimés à USD 4 700 milliards. « La Barclays a toujours cherché à mettre la technologie au premier plan. Nous croyons dans l’innovation. Certes, nous ne pourrons pas résoudre tous les problèmes de ce monde, mais nous estimons que nous pouvons travailler en partenariat avec d’autres parties et créer un écosystème favorable au développement de projets innovants. C’est le cas avec les « hubs » de Rise. Nous voulons apporter notre contribution au développement d’un écosystème à Maurice », a souligné le Dr Slabbert.
Le ministre de la Technologie, de la Communication et de l’Innovation, Etienne Sinatambou, s’est également appesanti sur l’importance de l’innovation, saluant l’initiative prise par Barclays Mauritius avec son programme Elev8, ciblant la technologie financière. « Nous devons faire preuve d’ouverture d’esprit et aller encore plus loin », a dit le ministre, qui « a fait état des progrès enregistrés dans le domaine de la nanotechnologie, des opportunités d’affaires existant ainsi que dans l’externalisation des services (Business Process Outsourcing) ». Il y a, selon Etienne Sinatambou, des opportunités à exploiter dans le secteur des nouvelles technologies de l’information et de la communication, secteur qui, a-t-il rappelé, « contribue pour environ 6,4 % au Produit intérieur Brut du pays et qui occupe la troisième place après les services financiers (10,5 %) et l’industrie touristique (7,4 %) ».
Le ministre a par ailleurs parlé du lancement d’un National Innovation Framework, portant sur la mise en place d’un écosystème favorisant l’innovation dans plusieurs domaines. Son ministère a consacré un budget de Rs 125 millions pour la recherche et l’innovation. Etienne Sinatambou a demandé à Barclays Mauritius de considérer l’opportunité de soutenir financièrement la mise en place d’un hub pour le développement des projets technologiques innovateurs.