Maurice dispose depuis un mois d’un Audit Committee Forum créé à l’initiative du MIoD et de KPMG. Il est présidé par Georges Leung Shing, qui a une longue expérience en matière d’audit et de gestion de risques à Maurice.
« Ce forum a pour but de réunir les membres des comités d’audit qui ont un rôle essentiel dans le dispositif global de gouvernance des entreprises d’intérêt public dont celles listées sur le marché boursier », a expliqué Georges Leung Shing au Mauricien. La collaboration avec KPMG s’explique par le fait que ce cabinet de consultants a aidé à créer des Audit Committee Institutes dans plusieurs régions du monde. « Ce que nous sommes en train de faire ici existe déjà dans plus de trente pays », explique, pour sa part, John Chung de KPMG.
Dans le cadre de la bonne gouvernance, les entreprises d’intérêt public cotées sur le marché boursier sont tenues d’avoir une série de comités dont le plus important est celui consacré à l’audit et à la gestion des risques. Les comités d’audit sont un élément essentiel du dispositif global de gouvernement d’entreprise. Ces comités sont confrontés aujourd’hui à un environnement technique réglementaire en constante mutation et un environnement de plus en plus difficile.
C’est dans le but de les aider à faire face à ces besoins spécifiques que KPMG a créé dans une série de pays des instituts de comité d’audit. L’Audit Committee Forum mauricien se veut être un forum d’échanges dédié aux membres des comités d’audit. « Il faut de plus en plus d’expertise dans ces comités. D’où la nécessité d’avoir au sein d’un conseil d’administration des membres qui sont financially literate et qui peuvent comprendre les comptes », explique Georges Leung Shing. « Le plus important pour les actionnaires étant le financial reporting. Dans ce contexte, l’Audit Committee est un garde-fou majeur pour les entreprises », a-t-il poursuivi.
Selon George Leung Shing et John Chung, si l’on regarde toutes les crises qui ont secoué les États-Unis et l’Europe, on constaterait qu’il y a eu des manquements soit au niveau du contrôle interne soit au niveau du contrôle financier externe. « Il se peut que les contrôleurs financiers étaient trop proches de la direction ou que la gestion de risques était mauvaise. Dans certains cas, ils n’ont pas examiné les risques du tout. Si on regarde le Lehman Brothers, une des plus grandes banques d’investissement américaine, le président du conseil d’administration et celui du Risk and Finance Committee étaient la même personne. Deux membres du Risk and Finance Committee avaient plus de 80 ans. Ce comité ne s’est rencontré qu’une seule fois. D’où la nécessité que l’Audit Committee devienne plus professionnel. L’Audit Committee Forum proposera à ses membres l’accès à des outils conçus pour améliorer le fonctionnement des comités d’audit », a soutenu Georges Leung Shing.
L’Audit Committee Forum propose à ses membres des rencontres pouvant leur permettre de se former. Les membres pourront échanger leurs connaissances sur des sujets d’actualité (Knowledge Sharing). « Nous comptons publier des audit committee newsletters qui traiteront des récents développements sur des problématiques spécifiques aux comités d’audit et sur des sujets de tendance internationale », a poursuivi notre interlocuteur. Il a observé qu’à Maurice il y a beaucoup de compagnies offshore qui traitent avec des étrangers qui investissent à travers le monde. « Nous devons adhérer aux normes internationales. Nous veillons à ce que ces standards soient respectés par des compagnies mauriciennes. Nous leur proposons des documentations sur les best practices dans le monde », explique Georges Leung Shing.
Le président de l’Audit Committee Forum souhaite que toutes les entreprises prennent conscience de l’importance des comités d’audit.