La Banque européenne d’investissement (BEI) et la PTA Bank ont lancé récemment un plan de financement de 160 millions d’euros (Rs 6,1 milliards) pour soutenir l’investissement privé en Afrique de l’Est et australe. Les sociétés mauriciennes pourront avoir accès à ce plan de financement.
Le programme de financement a été présenté au bureau régional de la PTA Bank à Nairobi, signé par Patrick Walsh, directeur de la BEI, pour la région Afrique/Caraïbes/Pacifique, et Admassu Tadesse, président de la PTA Bank, dont fait partie Maurice. La banque opère un autre bureau régional dans la cybercité d’Ébène. La BEI et la PTA Bank contribueront chacune à hauteur de 50% des fonds prévus. Ce sera le plus gros décaissement proposé par la banque européenne pour un plan de financement privé en Afrique.
Appelée à gérer le programme, la PTA Bank mettra des facilités de financement à la disposition des compagnies opérant dans les pays suivants : Burundi, République Démocratique du Congo, Djibouti,  Égypte, Erithrée, Éthiopie, Kenya, Malawi, Maurice, Mozambique, Ouganda, Rwanda, Seychelles, Tanzanie et Zambie. Des prêts en euros/dollars sur une période de 15 ans ou en devise locale sur sept ans seront accordés à des sociétés éligibles. Les secteurs couverts sont multiples, allant de l’agro-industrie au secteur des services en passant par l’énergie et l’industrie manufacturière.
Contrairement aux derniers programmes de financement de la BEI pour la région Afrique de l’Est/Afrique australe, le nouveau plan vise non seulement les petites et moyennes entreprises mais apportera également un soutien aux besoins d’investissements des grosses sociétés. « The new engagement announced today between the European Investment Bank and PTA Bank reflects our strong shared commitment to support private sector enterprise activity in Africa », a déclaré Pim van Ballekom, vice-président de la BEI. Ce dernier pense que le nouveau plan de financement contribuera à la création d’emplois et au développement des opportunités d’affaires dans des secteurs clés de la région.
Admassu Tadesse s’est réjoui de ce partenariat BEI/PTA Bank pour dynamiser l’investissement dans les secteurs réels de l’économie en Afrique australe et orientale. Il est prévu, dans le cadre du programme, une assistance technique de l’ordre de 2 millions d’euros pour le renforcement des capacités du personnel de la PTA Bank dans les domaines de l’environnement, du développement social et de la lutte contre le blanchiment d’argent.   
La PTA Bank annonce par ailleurs que ses actifs ont enregistré une croissance moyenne annuelle de plus de 30%, le bilan de la banque se situant aujourd’hui à plus de USD 3,5 milliards. Le retour du fonds propres a tourné autour de 14% (moyenne des trois dernières années) alors que le ratio coûts-revenus, lui, s’est élevé à environ 20%, soit l’un des meilleurs de l’industrie bancaire. Parmi les “highest rated shareholders” de la PTA Bank, on retrouve Maurice, la Banque africaine de Développement et la Banque populaire de Chine.
Le capital de la banque a fait un bond de plus de USD 250 millions en 2013-2014, avec l’injection de capitaux frais provenant des actionnaires, existants et nouveaux. La PTA Bank a attiré en 2014 de nouveaux investisseurs institutionnels, la grande majorité venant d’Afrique, ce qui, soutient la direction de la banque, démontre la confiance que les investisseurs africains ont dans les institutions financières de la région.
Pour sa part, la BEI a, l’année dernière, apporté son concours à divers projets d’investissements en Afrique subsaharienne. Les fonds décaissés s’élèvent à 1,1 milliard d’euros.