Le programme pour la conversion de la carte d’identité nationale avec la Biometric Identity Card continue à susciter de la controverse. Après les délibérations devant le juge David Chan Kan Cheong siégeant en délibéré d’hier et la décision permettant au Leader du MSM, Pravind Jugnauth, de ne pas souscrire à l’obligation de soumettre ses empreintes digitales jusqu’au 15 septembre 2014, le Prime Minister’s Office a émis un communiqué pour donner sa version des faits dans cette demande d’injonction contre les empreintes digitales et autres données biométriques sur la nouvelle carte d’identité nationale.
Le PMO rejette la thèse que le juge Chan Kan Cheong aurait accédé à la demande d’injonction. Le communiqué souligne que « the application lodged by Honourable Pravind Jugnauth (…) has been set aside by Hon Justice David Chan Kan Cheong on 4 October 2013, following a motion made by his counsel for withdrawal of the application. »
Les conseil légaux de Pravind Jugnauth contestent ce detail en affirmant qu’à aucun moment il n’y a eu retrait de la motion. « Une lecture des Court Records jettera la lumière sur cet aspect de l’affaire », indique-t-on dans l’entourage du leader du MSM alors que le communiqué du PMO soutient que « the application therefore failed to disclose the urgency required for an injunction to issue ».
Le PMO fait un appel pour que le calendrier établi pour la conversion de la carte d’identité nationale soit respecté. « Existing card-holders, as well as first-time applicants, are strongly encouraged, for their own convenience, to apply for their smart identity cards, as per the time-table for registration by members of the public. This will avoid last-minute bottlenecks and unnecessary delay in the issuance of the new smart identity cards and ensure the smooth implementation of the MNIC project ».
Le Bureau du Premier ministre rappelle que « all identity cards issued after 16 September 2013 will contain biometric information, including encoded fingerprints ».