Pravind Jugnauth (2e à partir de la gauche) lors de son récent séjour à Rodrigue

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a procédé à l’inauguration du nouveau poste de police de Grande-Montagne. C’était lors de sa visite à Rodrigues la semaine dernière. Cette cérémonie s’est déroulée en présence du chef commissaire de l’Assemblée Régionale de Rodrigues, Serge Clair et du DCP. Jhugroo.

Lors de son allocution, Pravind Jugnauth a déclaré que les infrastructures qui sont mises à la disposition des membres de la force policière sont dorénavant modernes et visent à « garantir une meilleure sécurité » aux membres du public. « Dans la fonction de la force policière, il doit exister un partenariat entre la police et la société civile. Cela n’est pas possible s’il n’existe pas d’infrastructures bien équipées et accueillantes pour le public. Mais mon souhait, c’est qu’autant que possible, les membres du public n’aient pas à venir dans un poste de police », dit-il. Et d’estimer que des campagnes de sensibilisation doivent être entreprises au niveau de la population afin de prévenir les délits en tous genres, et ce dans le respect des droits humains.

« Nous devons également avoir des officiers de police qui inspirent confiance afin que, quand il y a des problèmes, les victimes n’hésitent pas à solliciter leur aide. Ce nouveau bâtiment a coûté Rs 8,8 millions pour une superficie de 228 m2, mais c’est justifié, car l’ancien bâtiment, qui était opérationnel depuis 1978, était vraiment délabré, et l’État a dû louer un bâtiment depuis 2004 afin de faire transférer le poste de police. La construction de ce nouveau bâtiment a débuté en mars 2019 », a-t-il ajouté.

À noter qu’une quarantaine d’officiers seront basés au poste de Grande-Montagne. Plusieurs localités seront couvertes par ce poste de police, notamment Roche Bon Dieu, Baladirou, Mt Goyaves, Graviers, Palissade, Pointe-Coton ainsi qu’une partie de Mont-Lubin. Le Premier ministre préconise la relance du “Community Policing” pour une collaboration entre la police et la communauté. Il dit aussi ne pas comprendre comment un homme suspecté de meurtre – évoquant ainsi le cas de Jean Maurice Collet, suspecté d’avoir mortellement poignardé Marie Chansela Perrine le 20 août dernier –, ait pu rester en cavale plusieurs mois dans une île si petite. « Les officiers de police doivent avoir les outils nécessaires pour travailler dans les meilleures conditions possibles afin qu’ils soient plus efficaces », dit-il, ajoutant qu’il a « la ferme intention de revoir la qualité des formations dispensées » aux policiers « parce qu’à l’heure ou nous vivons, il arrive un moment où nous devons faire un constat et voir comment améliorer le service ».

Pravind Jugnauth a aussi parlé du projet “Safe City” à Maurice, qui sera étendu, dit-il, afin de mieux traquer les suspects. Et de dire qu’il ne souhaite pas que le « très gros problème » qui existe à Maurice soit dupliqué à Rodrigues, à savoir celui des crimes transfrontaliers, tels que le trafic de drogue, qui arrive par voie maritime. « Bizin atrap bann kriminel ki servi sa larout-la, me bizin dekouraz bann trafikan-la si zame zot trouve ki bizin servi bann lezot moyen pou fer zot tranzaksion kriminel », indique-t-il.  Aussi la surveillance maritime doit être renforcée à Rodrigues, estime-t-il.

Dans la même foulée, Pravind Jugnauth a annoncé la construction d’un nouveau poste de la National Coast Guard à Plaine-Corail, rappelant au passage que « beaucoup d’officiers de police honnêtes font leur travail avec intégrité ». Et de saluer ensuite les membres des forces de l’ordre, qui ont « un rôle fondamental à jouer en ce qu’il s’agit de “Law and order” ». Ce qui n’empêche « malheureusement pas qu’il y ait des brebis galeuses, qui ne font pas honneur à la force policière », ce qui est « inacceptable ».

Réitérant son intransigeance dans ce genre de cas, le Premier ministre estime « primordial » de faire respecter la loi, et ce « tout en redonnant une bonne image et en faisant en sorte que le citoyen ait pleinement confiance dans nos institutions ». Il est cependant d’avis que Rodrigues est « un exemple » car le taux de criminalité dans l’île est, selon lui, « très bien sous contrôle ». Aussi, dit-il, il est important de faire sorte d’apporter des améliorations et d’être performants et efficaces, tout en sensibilisant le public « pou ki zot respek lalwa ». Et de conclure : « Ansam nou avans pli vit ek nou ariv pli lwin ! »