Les profits opérationnels du groupe Innodis ont enregistré une légère progression au cours du premier semestre de l’exercice financier 2013/14, atteignant Rs 152,9 millions, contre Rs 151 millions pour la période correspondante de l’exercice précédent.
Le groupe Innodis a terminé les premiers six mois de l’année financière avec une hausse de 5% de son chiffre d’affaires, qui s’est élevé à près de Rs 2,3 milliards, contre Rs 2,2 milliards pour la période juillet-décembre 2012. Les profits après impôt ont accusé une baisse, passant de Rs 105 millions à Rs 100,3 millions, le groupe ayant eu à faire provision pour des frais financiers plus élevés et une hausse des dépenses d’impôt (+Rs 2,7 millions, à Rs 24,8 millions).
« Malgré un marché compétitif, nous avons réalisé une bonne prestation au niveau des ventes pour la période festive de décembre 2013, et ce grâce aux nouveaux produits introduits et au succès de notre yaourt DairyVale »,  a déclare Jean How Hong, Chief Executive Officer d’Innodis. Le groupe avait relancé en novembre 2013 sa production de yaourt aux probiotiques DairyVale dans un nouvel emballage, et avec de nouveaux parfums, grâce notamment aux investissements consentis dans une nouvelle machine à la pointe de la technologie au coût de Rs 30 millions.  
Par ailleurs, la direction fait ressortir que l’investissement dans de nouveaux équipements de production ainsi que le contrôle des coûts a aussi permis au groupe de réaliser des gains en termes de productivité et de faire des économies à plusieurs niveaux. Ces initiatives auraient aussi influé sur les résultats positifs du groupe pour le premier semestre de 2013/14.
Parlant des opérations du groupe au Mozambique, Jean How Hong a rappelé qu’Innodis avait, au premier trimestre de la présente année financière, entrepris avec son partenaire, la société Irvine’s, tout un programme de rénovation des fermes de poulets dans ce pays. Dans le cadre de ce programme, il y a eu un arrêt de production pendant quelques mois. « Nous pouvons aujourd’hui confirmer que tout s’est bien passé et que la rénovation est aujourd’hui terminée. Les fermes tournent aujourd’hui à plein régime. Nous pouvons désormais considérer les phases futures de notre plan de développement, échelonné sur 5 ans », a ajouté le CEO.