Intervenant lundi matin à la Cyber Tower I, Conference Hall, à Ébène, à l’ouverture d’un atelier d’un jour sur « MRC Workshop — Barriers to SME innovation », Yogida Sawmynaden, ministre de la Technologie, de la Communication et de l’Innovation, a élaboré sur l’importance de l’innovation dans le développement. « Faire de Maurice un pays innovant, c’est un investissement pour notre avenir », a-t-il dit. Cet atelier a été organisé par le Mauritius Research Council (MRC).
« Mon ministère et le gouvernement mettent beaucoup d’accent sur l’innovation parce que nous reconnaissons que faire de Maurice un pays innovant c’est un investissement dans notre avenir », a lancé ce matin Yogida Sawmynaden. C’était en présence du ministre du Business, des Entreprises et des Coopératives, Sunil Bholah, du Directeur exécutive du MRC, Arjoon Suddoo et CEO d’Empretec Mauritius, Sanjay Mungur, entre autres.
« C’est à travers l’innovation que nous allons développer notre avantage compétitif et différencier nos services et nos produits de ceux de nos concurrents. Bien entendu, une île Maurice innovante est également favorable à davantage de création d’emplois et de génération de richesse », a-t-il ajouté.
Le ministre a estimé qu’il est d’autant plus crucial pour les petites et moyennes entreprises (PME) d’innover qu’on est dans un contexte de plus en plus marqué par une compétition féroce et des technologies qui changent rapidement. « L’importance de l’innovation pour la productivité et la croissance des PME est désormais bien établie par des études empiriques à travers le monde », a-t-il fait observer en citant, entre autres, le Unlocking UK Productivity Report, coréalisé par la firme Goldman Sachs, le Enterprise Research Centre et la British Business Bank. « Cette étude a également prouvé que le taux de survie était plus élevé dans les PME qui sont innovantes simplement parce qu’elles peuvent mieux s’adapter aux changements et aux défis des conditions de marché », a-t-il expliqué.
Yogida Sawmynaden a néanmoins déploré qu’à Maurice les PME soient timides en ce qui concerne l’innovation, bien qu’elles contribuent à hauteur de 40 % du Produit Intérieur Brut (PIB) et représentent 55 % des emplois. « Nous ne pouvons que nous émerveiller du potentiel de notre secteur des PME si ces entrepreneurs embrassaient une culture d’innovation et adoptaient des pratiques innovantes, que ce soit en termes de nouveaux produits, de nouveaux services ou en termes d’amélioration de leurs processus d’affaires ou de stratégies. Je trouve l’organisation de cet atelier très opportun ».
Le ministre a alors élaboré sur les autres initiatives du MRC ou du gouvernement pour promouvoir l’innovation. « Je suis convaincu que grâce à notre environnement multiculturel et notre légendaire débrouillardise, Maurice découvrira des méthodes non conventionnelles pour résoudre les problèmes ».
Le ministre du Business, des Entreprises et des Coopératives, Sunil Bholah, a pour sa part soutenu que « le secteur des PME a été clairement désigné comme le futur moteur de notre croissance économique qui transformera Maurice en un pays à l’économie vibrante qui regarde l’avenir ». Toutefois, a-t-il ajouté, cette capacité transformationnelle des PME sur notre économie est freinée par plusieurs contraintes. « Le hic c’est l’innovation. La quatrième révolution industrielle est caractérisée par un glissement d’une simple digitalisation à l’innovation qui frappe inexorablement à la porte de notre communauté des affaires et nos PME sont aujourd’hui à la croisée des chemins entre business as usual et développement de façons innovantes pour faire les affaires », a-t-il expliqué, en citant des économies qui progressent grâce à l’innovation, comme la Chine. « On ne peut sous-estimer l’innovation ; sans elle, les affaires tombent et l’économie ralentit », a-t-il indiqué. Dans ce contexte, le ministre a plaidé pour « démystifier l’innovation ».
Le directeur exécutif du MRC, Arjoon Suddoo, a auparavant rappelé que la nouvelle appellation du Mauritius Reseach Council (MRC) et Mauritius Research and Innovation Council (MRIC) désigne l’importance accrue que son conseil accordera à l’innovation, suivant une mesure présentée par le PM et ministre des Finances, Pravind Jugnauth, dans son dernier Budget. « Rs 150 millions ont été budgétisées pour promouvoir l’innovation à Maurice ».
Durant cet atelier, les participants devaient discuter des thèmes de l’étude d’Empretec Mauritius : entre autres, « Regulatory Framework and the Innovation Ecosystem », « Entrepreneur Culture and Constraints for Innovation ».
Auparavant, Sanjay Mungur et M. Bodheea, respectivement CEO et Business Development Services d’Empretec Mauritius, ont présenté l’étude sur les barrières à l’innovation qu’ils ont réalisée, intitulée « Identifying barriers impeding the development of the SME Sector and Redefining the Enabling Environment for Growth ».