Maurice est classé 64e sur 127 pays dans l’Indice mondial de l’innovation 2017, dont la 10e édition vient d’être rendue publique à Genève. Publiée conjointement par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), l’Université Cornell aux Etats-Unis et l’INSEAD, école de commerce de renommée internationale, cette nouvelle édition accorde un score de 34,8 points – sur un maximum de 100 – à Maurice. En 2016, le pays avait obtenu 35,9 points pour se retrouver à la 53e place (sur 128 pays).
Le rapport de l’indice mondial de l’innovation, soulignent les auteurs, propose un classement des capacités et des performances des économies en matière d’innovation. Pour l’édition 2017, l’indice représente la moyenne de deux sous-indices. Le premier concerne les intrants en matière d’innovation et prend en compte les éléments de l’économie nationale favorisant des activités innovantes autour de cinq piliers : les institutions, le capital humain et la recherche, l’infrastructure, le perfectionnement des marchés et le perfectionnement des entreprises. Le second sous-indice, lui, porte sur les extrants et rend compte des preuves manifestes de l’innovation en s’appuyant sur deux piliers, soit les résultats liés au savoir et à la technologie et la créativité.
S’agissant du premier sous-indice, on constate que Maurice s’est placée 47e avec un score de 47,1 points. Au niveau du pilier “Institutions”, Maurice s’est vu attribuer 80 points et pointe au 27e rang. Maurice se classe parmi les 30 premiers sous divers facteurs considérés, comme la stabilité politique, le cadre régulatoire et l’environnement des affaires. Pour ce qui est du capital humain et de la recherche, Maurice occupe la 76e position avec une moyenne de 30,2 points, se retrouvant 45e sous le thème “Education” mais 98e dans le classement concernant la “Recherche et le Développement”. Par ailleurs, le rapport indique que Maurice arrive en 64e position sous le pilier «“Infrastructure” (avec une 58e place sous l’item des “Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication” et une 37e position sous celui de la “Durabilité écologique”). Le pays arrive aussi à la 44e place sous l’item “Sophistication du marché”, 86e sous celui du “Perfectionnement des entreprises” et 87e pour la “Collaboration Université/Industrie au niveau de la recherche”.
Mauvais classement
Au niveau du sous-indice des extrants, Maurice obtient un score de 22,5 points et se classe 82e à l’échelle mondiale. Le pays enregistre son plus mauvais score (13,6 points) sous le pilier “Knowledge & technology outputs” ainsi que son plus mauvais classement (115e). Selon le rapport, Maurice est à la traîne en ce qui concerne la création, l’impact et la diffusion du savoir. Au niveau du pilier de la créativité dans la production des biens et services, un score de 31,4 points est alloué à Maurice, qui se place 61e dans l’indice.
La Suisse (67,69 points), la Suède (63,82 points), les Pays-Bas (63,36 points), les Etats-Unis (61,40 points) et le Royaume-Uni (60,89 points) occupent les cinq premières places dans l’édition 2017 de l’indice mondial de l’innovation. Un groupe de pays comprenant l’Inde, le Kenya et le Vietnam devancent les autres pays au niveau de développement équivalent. Les principales conclusions indiquent que l’Inde s’est développée en tant que centre d’innovation émergeant en Asie, que l’Afrique subsaharienne a enregistré de très bons résultats en termes d’innovation au service du développement et que l’Amérique latine et les Caraïbes auront l’occasion d’améliorer leurs capacités en matière d’innovation. « L’Afrique subsaharienne affiche ses meilleurs résultats au niveau des institutions et du perfectionnement des marchés, où des économies telles que Maurice, le Botswana, l’Afrique du Sud, la Namibie, le Rwanda et le Burkina Faso obtiennent des résultats identiques ou supérieurs à certains autres pays au niveau de développement équivalent en Europe et en Asie du Sud-Est, Asie de l’Est et Océanie. » Depuis 2012, l’Afrique subsaharienne compte plus de pays dans le groupe des « bons élèves en matière d’innovation » que n’importe quelle autre région. Le Kenya, le Rwanda, le Mozambique, l’Ouganda, le Malawi, Madagascar et le Sénégal se démarquent en figurant parmi les pays les plus innovants cette année « et à plusieurs reprises au cours des années précédentes », souligne le rapport.
L’Indice mondial de l’innovation 2017 indique que l’écart, en termes de capacité inventive, subsiste entre les nations développées et les nations en développement. « L’innovation agit en tant que moteur de la croissance économique dans une économie mondiale de plus en plus fondée sur le savoir, mais davantage d’investissements sont nécessaires pour renforcer la créativité humaine et accroître la production économique », a déclaré Francis Gurry, directeur général de l’OMPI, lors de la présentation officielle du rapport 2017.