L’édition 2019 du concours Science Quest, organisé par le Rajiv Gandhi Science Centre en partenariat avec la MCB, a dévoilé ses gagnants vendredi dernier. Les jeunes du collège de Lorette de Bambous Virieux (Grades 7 à 9), du collège Royal de Curepipe (Grades 10 et 11) et du Lycée des Mascareignes (Grades 12 et 13) ont séduit le jury avec leurs projets innovants. Ils ont présenté, dans l’ordre : un système d’alerte d’inondation utilisant le téléphone portable, un escalier piézoélectrique et des automates cellulaires. Chaque équipe gagnante a remporté un “cash prize” de Rs 20 000.

La sixième édition de Science Quest, concours d’innovation organisé par le Rajiv Gandhi Science Centre, a vu la participation de 60 collèges avec 150 entrées. Parmi, 70 ont été sélectionnés dans les trois catégories, soit celles des élèves de Grade 7 à 9 (Form I à III), Grades 10 et 11 (Form IV et V) et Grades 12 et 13 (Lower et Upper VI ). Le but du concours est d’encourager les jeunes à utiliser la science et la technologie pour trouver des solutions à des problèmes réels. Ainsi, les élèves ont travaillé sur des projets liés à l’énergie, au captage d’eau de pluie, à l’aquaponique, au recyclage de déchets, parmi tant d’autres.

Selon le Dr Aman Kumar Maulloo, directeur du Rajiv Gandhi Science Centre, ce concours prépare les jeunes à développer leurs capacités à chercher des solutions innovantes, à travailler en groupe et à développer leur communication. Pendant trois mois, ils ont préparé les projets, encadrés d’un enseignant de leurs collèges respectifs. Les différentes équipes ont dû écrire et présenter leurs projets et faire des démonstrations devant le jury.
Alain Law Min, CEO de la MCB, partenaire du Science Quest depuis ses débuts, s’est dit heureux de s’associer à cet événement, tout en rappelant que la banque soutient les initiatives mauriciennes, avec son concept Lokal is Beautiful. « Je crois dans la jeunesse et dans leur capacité à réfléchir. » Il a ajouté que la technologie « est un facilitateur du développement durable », précisant que les jeunes peuvent faire de leur passion leur métier. Il a cité en exemple les créateurs de jeux vidéo.

Le président de la République par intérim, Barlen Vyapooree, s’est dit lui, impressionné par l’approche novatrice des jeunes pour répondre aux besoins du moment. « La vie peut être meilleure avec l’apport de la science », a-t-il souligné. Il s’est dit convaincu que ce concours a aidé les jeunes à développer leurs talents d’ordre organisationnel et à avoir confiance en eux. « Ce sont des éléments importants si l’on veut réussir dans la vie. »

Innovation et motivation

Des 70 projets retenus pour l’étape finale, cinq ont été nominés dans chaque catégorie, suivant les deux jours d’exposition et de démonstration. Dans la première catégorie (7 à 9), le collège de Lorette de Bambous Virieux s’est distingué avec son système d’alerte, utilisant le téléphone mobile. « Nous avons installé un système pour détecter la montée des eaux, en période de pluie. Quand cela dépasse un certain niveau, nous recevons un message d’alerte sur le téléphone portable. Nous appelons alors les services de secours avant que la situation ne s’aggrave », explique Isis Lac-Hair, membre de l’équipe. Ses coéquipiers sont : Adrien Carpooran, Océanne Marie, Lloyd Lac-Hair et Daren Manikion. Les jeunes étaient encadrés de leur professeur, Ayaaz Kedoo.

Dans cette catégorie, le collège Impérial a pris la deuxième place, avec son projet de biogaz à partir de déchets ménagers. Le collège Pierre Poivre est classé troisième, avec son projet “Juice out your batteries”. Les collèges Doha et Renaissance ont reçu la mention du jury, avec leurs projets Solar Fan Cap et Deep Water Culture.

Chez les Grades 10 et 11, le collège Royal de Curepipe a terminé sur la plus haute marche du podium, avec son projet d’escalier pietzo électrique. Ce système permet de produire de l’électricité grâce à des vibrations. Le RCC devance dans cette catégorie le Forest Side SSS avec son projet Soaking Road Solutions, le collège Modern, avec le Smart Parking System. Le collège Labourdonnais et le collège de Lorette de Bambous Virieux ont obtenu la mention du jury.

Chez les Grades 12 et 13, le Lycée des Mascareignes s’est imposé avec ses Automates cellulaires. Ce concept utilisé en mathématiques constitue un système de calcul. L’équipe était composée de Hassen Timol, Teo Hausser, Takanori Codron et Ryan Li Niow Chan. Ils étaient encadrés de leur professeur de chimie/physique, Yoshny Baehrel. Cette dernière se dit très satisfaite de ses élèves « qui ont travaillé de manière autonome ». Waheda Toorabally, conseillère principale, représentant le proviseur du lycée, apprécie l’initiative du ministère de l’Éducation d’intégrer les écoles privées dans ses projets. « Nos élèves sont très motivés, auparavant ils n’avaient pas cette chance. »

Le Lycée des Mascareignes devance respectivement le Droopanath Ramphul SC pour son Hydro dynamo et le collège de Lorette de Curepipe pour son système d’irrigation à l’énergie solaire. Les collèges John Kennedy et Bikrumsign Ramlallah obtiennent les mentions du jury.