Afin de statuer sur les responsabilités entourant la mort des victimes des inondations du 30 mars 2013, la magistrate Dookhy-Ramburrun – accompagnée de l’équipe du “watching brief”, des avocats du Parquet et de ceux des victimes – est descendue sur les sites des inondations. Elle s’est principalement attardée sur le tunnel Sud du Caudan Waterfront.
Accompagnés également d’officiers du Scene of Crime Officers (SOCO), ils ont porté attention aux diverses mesures qui pourraient aider à comprendre la montée de l’eau dans plusieurs parties de la capitale. Avant avoir fait un constat des lieux rue La Chaussée, l’équipe judiciaire s’est rendue au parking souterrain du Harbour Front. Allan Wright – dont la femme Sylvia et le fils, Jeffrey ont péri dans le tunnel – est revenu sur les déclarations avancées lors de son contre-interrogatoire, qui a eu lieu hier matin. Il a notamment rappelé les défaillances de la pompe située à l’intérieur du tunnel, qu’il tient également responsable du drame. Selon ses dires, le système central n’aurait pas fonctionné ce jour-là, empêchant l’évacuation de l’eau.
Rappelons que les travaux d’hier ont permis d’établir que le tunnel dispose d’une pompe servant à l’évacuation de l’eau qui s’y accumule. La capacité de l’appareil est de 500 litres par minute. Selon Me Rajesh Unnuth, compte tenu de la rapidité de la montée de l’eau (le tunnel a été submergé en dix minutes), il était impossible que la pompe puisse extraire une telle quantité d’eau. Rappelons que six personnes sont mortes dans ce tunnel.