La coïncidence veut qu’alors que le Premier ministre, Navin Ramgoolam, est appelé à répondre à l’Assemblée nationale à une interpellation parlementaire sur les inondations meurtrières du 30 mars dernier, les représentants de General Construction sont entendus dans les locaux de la CID de Port-Louis Sud aujourd’hui. Une précédente convocation des responsables de la compagnie engagée dans la construction de la troisième voie sur l’autoroute entre le rond-point du Caudan et la place Bissoondoyal sur le front de mer avait débouché sur une controverse. Le chef inspecteur Hector Tuyau du poste de police du Port avait été dessaisi illico presto du dossier.
Tout semble indiquer que pour sa défense en réponse aux questions des enquêteurs de la CID de Port-Louis Sud, General Construction déposera un volumineux dossier comprenant des cartes de simulation de pluies dans cette région de la capitale aussi bien que des photos aériennes. L’objectif des contracteurs de la troisième voie est de démontrer que les travaux de construction sur cet ultime pont enjambant la Nationale à cet endroit précis n’avait rien à faire avec les débordements ayant causé la mort d’au moins huit personnes dans le passage souterrain du Caudan et du parking du Port Louis Harbour Front le samedi 30 mars.
Dans cette étude technique, réalisée à grands frais et dont des détails ont été publiés dans le journal d’entreprise de General Construction, mention est faite que « les flots torrentiels que produisent 85 mètres cubes d’eau par seconde dévalant le Ruisseau du Pouce et le Canal de la Poudrière vont violemment se heurter à toutes les obstructions sur leur passage et vont être en partie éjectés du lit de ces canaux pour noyer les rues avoisinantes ».
Dans leur analyse, les experts engagés par General Construction soutiennent qu’à aucun moment ce samedi fatidique « les eaux courant dans les canaux se rejoignant dans le bassin de Rogers House ne sont sorties de leur lit pour se retrouver sur l’autoroute. Toutes les eaux déboulant dans le Ruisseau du Pouce et du Canal de la Poudrière arrivant dans le bassin de Rogers se sont écoulées normalement sous le pont ». Cette thèse vise à répondre aux informations enregistrées par les caméras de surveillance Nos 21 et 22 de Caudan Security Services, une des pièces maîtresse de cette enquête sur la mort de ces huit personnes dans les environs de ce chantier de construction.
S’appuyant sur des données de la station de météo de Vacoas, General Construction fait également l’historique des pluies diluviennes sur Port-Louis à la mi-journée de ce samedi 30 mars dernier, soit environ un million de mètres cubes d’eau à Port-Louis ce jour-là. Toutefois, l’audition des responsables de General Construction, qui devra s’échelonner sur plusieurs jours, pourrait également se porter sur des mesures de prévention et de précaution prises, puisqu’en date du mercredi 13 février dernier, le phénomène d’inondations s’était manifesté dans cette même région de Port-Louis mais sans pertes de vie humaines.
Les conclusions de l’enquête de la CID de Port-Louis Sud devront être communiquées ultérieurement au Directeur des poursuites publiques, Me Satyajit Boolell, Senior Counsel, en vue de décider de la pertinence d’une enquête judiciaire sur les inondations meurtrières du 30 mars.