La décision en vue d’instruire une Judicial Enquiry sur les conséquences des inondations meurtrières du Caudan, avec au moins dix des 11 victimes du 30 mars 2013, est annoncée comme imminente par des sources autorisées et concordantes. L’Office of the Director of Public Prosecutions (DPP) serait actuellement dans l’attente des derniers détails du dossier compilé par des limiers de la CID de Port Louis Sud en vue d’enclencher les procédures pour la nomination d’un Senior Magistrate pour présider à cette enquête judiciaire se déroulant dans les locaux de la New Court House.
À ce stade, très peu détails ont transpiré au sujet de la teneur des compléments d’informations sollicités par le DPP mais il est plus qu’évident que l’annonce officielle de cette Judicial Enquiry ne devrait pas tarder. Certains sources avancent que la décision du DPP pourrait intervenir avant même la fin de ce mois de janvier pour que le calendrier de travail puisse être établi par le magistrat désigné, avec le démarrage avant le mois de mars prochain.
Le ministère Public envisage d’assigner une série de témoins, en particulier les sapeurs-pompiers de même que des membres de la Special Mobile Force, du Groupement d’Intervention de la Police Mauricienne (GIPM) et de la National Coast Guard (NCG), dépêchés sur les lieux du drame au Caudan Underpass ce samedi 30 mars 2013. L’ancien directeur de la station Météo, qui a été forcé à partir à la retraite prématurément, pourrait également être entendu au sujet des prévisions par rapport à ce phénomène présumé de flashfloods sur la capitale.
Le secrétariat de cette Judicial Enquiry lancera également un appel à témoins dans le public pour une meilleure appréciation de l’évolution sur le terrain ce samedi fatidique. À un moment ou à un autre des délibérations de cette enquête, des ingénieurs du ministère des Infrastructures publiques, de la Road Development Authority, de la municipalité de Port-Louis de même que les responsables des contracteurs exécutant les travaux de construction de la troisième voie sur l’autoroute aux abords du pont du Caudan, devront être convoqués pour des explications.
Jusqu’ici, la firme General Construction Co Ltd a rejeté toute responsabilité dans l’inondation du tunnel du Caudan qui a fait des victimes. Sur la base d’une série de simulations d’évacuation, cette firme  de construction compte soutenir que les travaux de la troisième voie sur l’autoroute ne peuvent être responsables de ces inondations meurtrières.
Des proches des victimes du drame du 30 mars 2013 attendent avec impatience le début de ces enquête en vue de mieux comprendre ce qui s’est passé ce jour-là. Allan Wright, qui a perdu son épouse et son fils sous les eaux, a sollicité et obtenu un rendez-vous avec le Directeur des Poursuites Publiques, Me Satyajit Boolell, Senior Counsel, à la fin de l’année dernière. Les garanties données à cette occasion ont été à la satisfaction de celui qui détient un Watching Brief de la part des parents des autres victimes.
Rappelons que onze personnes avaient péri lors ces inondations : Sylvie et Jeffrey Wright, Amrish et Trishul Tewari, Keshav Ramdharry, Vikash Khoosye, Vincent Lai, Ravindranath Bhobany, Stevenson Henriette, Retnon Sithanen et Christelle Moorghen.