Le nombre de victimes des inondations meurtrières dans le Tunnel de la Mort au Caudan et au parking souterrain du Port Louis Harbour Front, soit huit au total, interpelle les experts en Disaster Management venus de Singapour. C’est ce qu’a appris Week-End de sources bien renseignées après le premier round de consultations engagées avec les autorités mauriciennes au cours de la semaine écoulée. Après ce constat, la mission singapourienne compte revenir à Maurice vers le 7 mai pour reprendre des consultations avec les autorités et approfondir les recommandations préliminaires soumises la semaine dernière.
L’équipe d’experts comprend le Dr Lim Meng Check, Deputy Director du Waterways Department du Public Utilities Board de Singapour, la Dr Petra Schlitter, Water Resource Engineer et spécialiste en Water Management, le Dr Jooft Burman, Water Resource Specialist et expert en Modelling des inondations avec la collaboration de Venetia Bellers, une spécialiste en Disaster Management et l’aide humanitaire, dont l’époux est le représentant du Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD) en poste à Maurice. L’une des premières observations porte sur la gestion des risques des passages et parkings souterrains en périodes de pluies torrentielles vu que le nombre de victimes au Caudan Underpass, entre autres, et également des dégâts matériels aux véhicules garés dans des parkings souterrains.
Devant ce constat dramatique, l’une des premières tâches confiées aux autorités est d’entreprendre un relevé de tous les passages et facilités de stationnement souterrains privés et publics, non seulement dans la capitale mais dans le pays en général. Le gouvernement pourrait être amené à prescrire des règlements régissant l’utilisation de ces facilités underground en périodes de pluies torrentielles. L’une des mesures concerne l’interdiction et l’évacuation obligatoires et d’urgence de ces tunnels et parkings après une moyenne pluviométrique à être déterminée par les experts en météorologie et en gestion des risques.
Une fois l’alerte émise contre l’utilisation des tunnels et parkings souterrains suite à des pluies torrentielles, aucun usager de la route ne sera autorisé dans ces zones avec l’évacuation des voitures et autres véhicules en stationnement. Dans la région du Caudan où l’unique lien avec le centre-ville demeure les passages souterrains, des policiers devront être déployés en vue d’aider les passants à traverser en toute sécurité l’autoroute à hauteur de l’esplanade Bissoondoyal.
Ces nouveaux règlements, actuellement à l’étude, prévoient l’obligation de certains immeubles situés dans des zones à risques de se doter de floodgates à être actionnés dès que l’alerte est donnée. Le traitement en priorité du volet consacré aux underpasses par les spécialistes de Singapour vient prouver que bien que le phénomène de flashfloods du 30 mars était imprévisible, huit victimes sur 11 dans deux souterrains constituent un fait majeur à ne pas être négligé et que des lacunes demandent à être comblées dans les meilleurs délais.
En vue de remédier aux manquements cruels dans la coordination des interventions sur le terrain avant, pendant et après le sinistre, comme il avait été le cas le samedi 30 mars dernier, le projet d’un Disaster Management Committee à plein temps a été retenu. Pour traduire ce projet dans la réalité, le gouvernement s’est assuré des services de la consultante en Disaster Management, Venetia Bellers, pour mettre en place les structures nécessaires à cet effet.
Au cours de leur premier séjour à Maurice, les consultants étrangers ont participé à des séances de travail avec le chef de Cabinet et du service Civil, Suresh Seeballuck, qui assure la présidence de l’actuel Disaster Committee, des responsables de la police, de la Météo, du ministère de l’Infrastructure publique, des Government Fire Services et de la Sécurité sociale. Ils ont également eu une séance de travail avec le Premier ministre, Navin Ramgoolam, en vue de passer en revue la situation. Ils seront de retour à Maurice le 7 mai pour reprendre les consultations avec les autorités.
Sur le plan purement local, l’enquête sur les inondations meurtrières du samedi 30 mars confiée au CID de Port-Louis se poursuit avec l’audition des témoins et autres opérateurs de la région. La police maintient que tous les enregistrements des caméras de surveillance, y compris les caméras 21 et 22 donnant sur le Ruisseau du Pouce, auraient été « secured » à des fins d’enquête.
Les conclusions de cette enquête policière devront être soumises au Directeur des Poursuites Publiques, Me Satyajit Boolell, Senior Counsel, en vue d’instruire une Judicial Enquiry, présidée par un magistrat. L’une des attributions de ce magistrat, qui détient les pouvoirs d’un juge d’instruction, sera de faire la lumière sur les circonstances et les responsabilités du drame du 30 mars à Port-Louis.
Pour sa part, la firme General Construction, qui exécute les travaux de construction de la troisième voie sur l’autoroute entre le rond-point du Caudan et le front de mer, rejette toute responsabilité dans les débordements du Tunnel de la Mort. Les contracteurs réclament la mise sur pied d’une enquête technique et indépendante. Ils se disent prêts à apporter leur entière collaboration à cette enquête.