Suite à une déclaration du député du MSM Mahen Seeruttun selon laquelle la SMF et la police n’étaient pas présentes à Canal-Dayot et Pailles lors des inondations du 30 mars, le Premier ministre a insisté sur la présence des autorités susmentionnées tout en lançant en direction du député : « You are a liar. » Ce dernier devait par la suite demander à Navin Ramgoolam de retirer ses mots. Le chef du gouvernement a cependant posé une condition, à savoir de reconnaître qu’il avait tort. Mais, le député ne l’a pas fait.
Mahen Seeruttun a demandé à Navin Ramgoolam l’heure et le nombre de membres de la SMF qui avaient été déployés lors des inondations du 30 mars dernier et les endroits où ils ont été affectés. Le Premier ministre devait insister que lorsqu’il y a été, ces officiers étaient bien présents à Canal-Dayot. « Non seulement la SMF mais aussi d’autres unités de la force policière ont été déployés dans les endroits affectés. » Il a soutenu qu’il y a également eu la participation active des pompiers en vue d’assister les motocyclistes et les piétons en danger. Par ailleurs, « a Judicial Inquiry will by operation of the law be held into the causes of death of the victims ».
À une autre question du député Seeruttun sur la composition du National Disaster Management Committee et le nombre de rencontres qui se sont tenues, le Premier ministre devait indiquer que le Central Cyclone and Other Natural Disasters Committee est présidé par le secrétaire du Cabinet et Head of the Civil Service. Dans les cas d’urgence et de crise, dont des cyclones, pluies torrentielles, érosions et tsunamis, « le centre initie toutes les actions nécessaires pour gérer la situation ».
Par ailleurs, les membres du Central Cyclone and Other Disasters Committee, qui se sont rencontrés à trois reprises, se sont penchés sur des « flood resilience measures that need to be taken to mitigate the effects of flash floodings ». Ils ont pris la décision d’améliorer les stratégies de communication, de mieux informer le public, de préparer un protocole concernant les flash floods, de finaliser les aspects techniques et modalités pour alerter la population concernant d’éventuelles catastrophes à travers sms, de mettre à jour les endroits à risques d’inondations et d’organiser des campagnes de sensibilisation pour une meilleure compréhension des risques liés aux flash floods.
Le Premier ministre a par ailleurs annoncé que la britannique Venitia Bellers, une experte en « emergency preparedness and management of humanitarian responses », a été nommée pour conseiller le gouvernement en vue de la mise sur pied d’un « distinct Disaster Management Centre to be established within a legislative framework » pour la gestion des catastrophes naturelles à Maurice.