Dans le but de venir en aide aux familles sinistrées des inondations de samedi dernier, un comité de coordination, présidé par le directeur du JEC, Raj Makoond, a été institué pour faire un état des lieux des dégâts causés par les pluies diluviennes. « Nous voulons adopter une approche coordonnée pour optimiser le soutien aux familles en difficulté », a expliqué Raj Makoond au Mauricien.
Une première réunion de coordination a eu lieu mardi. Le JEC estime que quelque 400 familles ont subi des pertes importantes à l’issue des fortes averses. Une communication a été adressée aux neuf institutions du secteur privé à savoir la Chambre du Commerce et d’Industrie, la Chambre d’Agriculture, la Mauritius Employers Federation, la Bankers Association, l’ARHIM, l’AMM, l’Association des Assureurs, la MSPA et la MEXA, qui ont été chargées de transmettre les informations à leurs membres. Le comité de coordination a commencé par faire un état des lieux des dégâts causés par les pluies diluviennes. Les ONG actives sur le terrain, représentées au sein du comité par Caritas, identifient six localités qui ont particulièrement souffert des fortes pluies, à savoir, Canal Dayot (Sable Noir, Pailles), Cité Jonction (Anse-Courtois, Cité Vallijee), Vénus (Morcellement Manna), Quartier Nazareth, Camps Firinga et le Centre de Port-Louis. Quelque 400 familles y ont subi des pertes importantes.
Selon Raj Makoond, les sinistrés de la région Canal Dayot-Sable Noir sont de loin les plus touchés, la plupart d’entre eux ayant tout perdu. Par ailleurs, la situation déjà précaire des habitants d’Anse-Courtois réclame également une attention urgente. Des litiges liés à la propriété des terrains où habitent ces sinistrés rendraient leur cas assez particulier. Le comité JEC/CSR a, lors d’une visite, pris connaissance de la nature des pertes subies et de l’ampleur des travaux de reconstruction qui devront être entrepris en ces différents lieux. Ces travaux incluent la vérification structurelle et la réparation des maisons sinistrées de même que la réhabilitation des systèmes d’électricité, d’eau potable et d’assainissement.
Le comité JEC/CSR poursuit ses enquêtes sur le terrain en vue d’arriver à une estimation juste de la valeur des pertes subies par les sinistrés. Outre les maisons endommagées, meubles, équipements ménagers et effets personnels figurent également parmi les pertes recensées.
Les membres du comité JEC/CSR sont répartis dans sept cellules de coordination qui ont été instituées, chacune chargée d’une tâche particulière et placée sous la responsabilité d’un membre. Ces tâches se résument à : constituer et gérer un registre de sinistrés, responsabilité incombant à Caritas et la Mauritius Employers Federation. Cet organisme coordonnera également la fourniture d’effets personnels aux victimes des inondations. Pour figurer sur la liste de Caritas et de la Mauritius Employers Federation et devenir ainsi éligible à l’aide du comité JEC/CSR, les sinistrés doivent au préalable se faire connaître à la police de leur localité. Ils doivent ensuite se mettre en contact avec Caritas en appelant sur le 4998494 ou le 2558494. Les travailleurs sociaux de cet organisme viendront faire un constat des pertes subies sur place avant d’inscrire le demandeur d’aide à son registre. Une deuxième cellule se charge de fournir des équipements ménagers à ceux qui ont tout perdu. C’est la MEF qui assure la coordination. Une troisième cellule se concentre sur la mise à la disposition des victimes des soins de santé et un soutien psychologique. La coordination est assurée par Audrey d’Hotman de Villiers. Une quatrième cellule se charge de mettre à la disposition des sinistrés un service logistique et de transport. C’est la MEF qui assure la coordination.
Les objectifs suivants ont été fixés par la MEF :
assurer le retour à l’école des enfants. La coordination est assurée par Geneviève de Souza de la Fondation Joseph Lagesse ;
faire une évaluation des structures des maisons et envisager des réparations. La coordination assurée par Sophie Desvaux ;
réunir le financement nécessaire pour venir en aide aux sinistrés. Les entreprises et le public sont invités à faire des dons en espèces au compte de la MCCI Foundation à la banque MCB.
Raj Makoond a finalement expliqué que le comité JEC/CSR travaille de concert avec le pouvoir public de sorte à éviter les doublons. Il se propose en outre de discuter des problèmes d’ordre systémique qui sont à l’origine des inondations meurtrières du week-end dernier et évoquera un possible partenariat privé-public, notamment pour la mise en place d’un système d’alerte approprié.