Un labrador aux États-Unis en 2016. - Photo d’illustration - Agefotostock

La police américaine a annoncé vendredi qu’elle n’engagerait aucune poursuite dans une affaire impliquant un habitant de l’Iowa qui dit avoir été blessé par balle par son propre chien.

« Notre enquête sur les faits n’a pas permis de confirmer ou d’infirmer les déclarations de l’homme concerné. Cela pris en compte, aucune poursuite ne sera lancée », a déclaré à l’AFP Cory Husske, de la police de la ville de Fort Dodge.

Richard Remme, 51 ans, a raconté qu’il s’amusait mercredi sur son canapé avec son compagnon à quatre pattes nommé Balew, qu’il a voulu faire descendre de son giron. Balew a alors tenté de retourner sur les genoux de son maître, qui portait à la ceinture son pistolet Ruger 9 mm.

« J’étais sur le canapé et on faisait les fous, le chien et moi. Je le descendais de mes genoux et il y revenait en sautant », a relaté le quinquagénaire barbu au journal local The Messenger.

Balew, un croisement entre un pitbull et un labrador, a semble-t-il désactivé le cran de sûreté de l’arme en l’accrochant avec son harnais, puis a marché sur la détente. La balle est partie se loger dans la jambe de M. Remme. L’homme a pu appeler le numéro d’urgence 911 et se trouvait toujours hospitalisé jeudi.

Cet accident est venu illustrer à nouveau le danger de la dissémination des armes à feu aux Etats-Unis. »Je me suis fait tirer dessus par mon chien », a résumé la victime.

« Se faire tirer dessus par son chien n’arrive qu’en Amérique », a commenté Shannon Watts, fondatrice de Moms Demand Action for Gun Sense in America, une organisation qui lutte contre la prolifération des armes aux Etats-Unis.