Emtel pourra installer une station de télécommunication à St François Xavier à Port-Louis. Ainsi en a décidé le juge Asraf Caunhye, siégeant en Cour suprême, qui a rejeté la demande d’injonction de la famille Dilmohamed, propriétaire d’un emplacement situé à St François Xavier. Celle-ci avait soutenu que l’implantation de cet antenne de 18.7 KW à cet endroit serait une nuisance.
Dans un premier temps, la famille Dilmohamed avait logé une demande d’injonction en Cour suprême pour interdire à la compagnie de téléphone mobile d’aller de l’avant avec l’installation de son antenne. La plainte soutenait que l’installation de cette antenne était en violation aux Building Laws and Regulations et qu’un tel acte « which will interfere in any manner whatsoever with our peaceful use, occupation and enjoyment of our property situate at 13, François Xavier Street, Port-Louis ». En attendant la décision de la Cour, Emtel avait cependant déjà commencé les travaux et la famille Dilmohamed a logé une deuxième plainte. Dans celle-ci, elle avait soutenu qu’Emtel avait loué le toit d’un bâtiment qui était relié à son emplacement et avait débuté les travaux sans avoir le Land and Building Permit. La famille Dilmohamed avait aussi évoqué d’énormes préjudices que l’installation de cette antenne leur porterait au niveau de la santé et la sécurité. La Cour avait ainsi accédé à la deuxième demande d’injonction en attendant le jugement de la Cour.
Emtel, pour sa part, avait soutenu que les travaux enclenchés ne concernaient pas l’installation de l’antenne et qu’ils ne nécessitaient pas de Land and Building Permit. L’avocat du plaignant, lui, s’est appuyé sur le fait que l’installation d’un tel appareil peut être nocif à la santé des personnes qui habitent aux alentours, évoquant ainsi de nombreux rapports qui font état des effets cancérigènes de tels produits surtout pour les enfants. L’avocat avait aussi affirmé qu’Emtel avait érigé un escalier duquel l’on pouvait avoir une vue très claire du domicile de la famille Dilmohamed, menaçant ainsi son intimité. Les représentants légaux d’Emtel ont pour leur part axé les débats sur les avantages de l’installation d’une antenne pour les habitants et ont fourni d’autres rapports démontrant que l’exposition ne constitue aucun danger pour la santé.
Se basant sur le rapport du ministère de la Santé, la Cour a conclu que « it cannot be seriously contended on the basis of sufficiently reliable scientific knowledge and guidelines that the operation of such an antenna would represent a health risk which should warrant the prohibition of its use at this stage ». Pour ce qui est du deuxième point soulevé par le plaignant, la Cour a trouvé que l’escalier était érigé bien en hauteur et qu’à aucun moment sa location ne pourrait porter atteinte à l’intimité de la famille Dilmohamed. Le juge Asraf Caunhye a conclu que la Cour n’avait aucune raison d’empêcher Emtel d’aller de l’avant avec l’installation de l’antenne.