Les juges Saheed Baukaurally et David Chan Kan Cheong, siégeant en Cour suprême, ont rejeté l’appel du syndicaliste Narendranath Gopee, poursuivi en Cour de Curepipe pour avoir insulté son voisin, un officier de police. Le syndicaliste devra s’acquitter d’une amende de Rs 500 et des frais de cour de Rs 100.
Dans la soirée du 20 décembre 2008, alors le policier quittait son domicile pour se rendre à son lieu de travail, il a aperçu un homme uriner dans une plantation de légumes. Il lui a fait des reproches et c’est à ce moment qu’est intervenu son voisin, le syndicaliste Gopee, qui s’est mis à proférer des insultes à son égard.
Dans sa déposition à la police, Narendranath Gopee a nié la charge retenue contre lui, expliquant que ce jour-là, il avait quitté sa maison très tôt dans l’après-midi pour jouer de la musique à St-Paul. Il aurait terminé sa prestation à 23 h 30 et serait rentré chez lui vers 1 h du matin alors que cet incident a eu lieu à 22 h 55.
Le magistrat de la cour de Curepipe a toutefois retenu la version du policier et condamné Narendranath Gopee à l’amende. L’homme de loi de ce dernier a soulevé plusieurs points en appel : que c’est à la poursuite d’établir en premier lieu si l’alibi de l’appelant n’est pas crédible ; que les mots proférés ne constituaient pas une insulte.
Dans leur jugement, les juges Baukaurally et Chan Kan Cheong déclarent que « the Court considers the defence as being raised. No evidence has however been adduced to substantiate it ». Les juges ont par ailleurs estimé que l’appelant s’adressait bien au policier ce jour-là et que les mots prononcés constituaient une insulte.
L’appelant devra s’acquitter d’une amende de Rs 500 et des frais à la cour de Rs 100.