Le gouvernement a décidé de mettre gratuitement à la disposition des planteurs de légumes gravement affectés par les intempéries de ces dix derniers jours des semences, des fertilisants et du compost. Il est par ailleurs envisagé d’accorder des permis d’importation en vue de parer au manque à venir de certains produits maraîchers, tels la carotte, le chou et le haricot vert.

Dans une déclaration à Week-End, le ministre de l’Agro-industrie, Mahen Seeruttun, laisse entendre que, selon le dernier relevé effectué par les techniciens du Food and Agriculture Research and Extension Institute (FAREI), les pluies abondantes de ces derniers jours ont occasionné 40 à 50% de dégâts dans les plantations maraîchères. Le Dr Seelavann Ganessan, CEO du FAREI, précise que parmi les cultures les plus affectées figurent la carotte, le haricot vert, la laitue, les brèdes, de même que les aromates tels le cotomili. Fait notable cette fois en cette période d’intempéries : la pomme d’amour désormais largement cultivée sous serre a davantage résisté aux fortes pluies.

Sur un plan géographique, le relevé du FAREI laisse entrevoir que ce sont surtout les plantations des régions est et sud, mais aussi du Plateau central, entre autres, à la hauteur de Nouvelle Découverte et de Ripailles, qui ont le plus souffert du mauvais temps. Selon le Dr Ganessan, dans les meilleures conditions, il faudra attendre au moins un mois et demi en vue d’un retour normal de la situation. Entre-temps donc, la mercuriale virera malheureusement un peu plus au rouge chaque jour.

Selon le ministre Seeruttun, aucune pénurie n’est à prévoir durant la prochaine semaine. Il reconnaît toutefois que les produits les plus affectés risquent prochainement de manquer. D’où la forte probabilité que des permis spéciaux d’importation soient accordés. Outre d’assurer une disponibilité de tels produits en quantité suffisante, l’idée est aussi de maintenir les prix à un niveau raisonnable.

En sus de la distribution gratuite de semences, de fertilisants et de compost aux planteurs sinistrés, le Small Farmers Welfare Fund (SFWF) achève ces jours-ci son relevé individuel des dégâts chez les planteurs qui souscrivent à son Agricultural Calamities Solidarity Scheme. À ce jour, 400 planteurs exploitant quelque 2000 arpents sous culture maraîchère souscrivent à ce plan d’assurance agricole subventionné en y contribuant Rs 600 annuellement pour chaque arpent cultivé. Selon le plan, en cas de sinistre ­ — inondation, cyclone ou sécheresse ­ —, le planteur bénéficie d’une compensation de Rs 5000 par arpent assuré

Au ministère de l’Agro-Industrie, l’on estime qu’à la lumière des risques accrus associés aux changements climatiques, davantage de planteurs devraient souscrire à cet Agricultural Calamities Solidarity Scheme du SFWF. D’autant que, fait-on ressortir, la compensation payable en cas de calamité est passée l’an dernier de Rs 2400 à Rs 5000 par arpent.