Quelques jours avant la proclamation des résultats de l’examen d’entrée pour l’internat, une cinquantaine de candidats – dans une lettre adressée au ministère de la Santé, dont une copie a été remise au Medical Council – font état des difficultés qu’ils auraient rencontrées durant leur temps de préparation et de « certain issues » concernant cet examen. Ils déplorent entre autres le changement dans la structure du questionnaire sans préavis, l’absence d’un « clearly and defined stuctured syllabus », le « lack of coordination and communications at the level of the Medical Council » ainsi que « l’argent et le temps » qu’ils ont dépensés pour un “coaching course” à l’University of Technology et qui, au final, « did not match » au modèle du questionnaire. Quelques-uns de ces candidats confient au Mauricien avoir eu « quelques appréhensions » sur l’issue de leur participation dès leur sortie de salle d’examens le 3 juin dernier.
La polémique ne finit pas autour des différents examens qu’organise depuis quelques années le Medical Council (MC) avec l’assistance du National Board of Examinations of India (NBEI). Soulignons que l’organisme indien prépare les questionnaires et prend en charge la correction des scripts. Cette fois, ce sont des candidats malheureux au dernier Pre-Registration Entrance Examination, visant la sélection pour le stage d’internat dans les hôpitaux, qui font état de leurs griefs. L’examen a eu lieu le 3 juin et les résultats sont connus depuis le 20 juin. Sur un total de 134 candidats (une soixantaine à leur deuxième tentative), 56 seulement (42%) ont traversé cette épreuve avec succès. La quasi-totalité des candidats à leur deuxième tentative ont donc échoué encore une fois.
Le 15 juin dernier, soit quelques jours avant l’annonce des résultats, un groupe de candidats, dans une correspondance au ministère de la Santé, attirent l’attention des autorités sur ce qu’ils qualifient de « certain issues » entourant l’organisation de cet examen. Ils évoquent en premier lieu un changement dans la structure du questionnaire et qu’ils ont découvert, affirment-ils, « with much surprise and regret » le jour de l’examen. Ils affirment que le “model” figurant sur le site officiel du MC et dans l’Information Bulletin pour l’examen faisait mention de 50% de questions en lien avec la théorie (“pre-clinical/para-clinical”) et de 50% de questions axées sur le côté pratique (“clinical”). Or, le questionnaire du 3 juin dernier, ont constaté ces candidats, comportait 80% de “clinical questions” et seulement 20% de questions dans le domaine “pre-clinical/ para-clinical”. « This format has not been respected and has resulted in a higher difficulty level than we were initially expecting », disent ces candidats. Selon ces derniers, le MC aurait dû les avoir informés de ce changement car ils se sont inscrits à cet examen sur la base du contenu de l’Information Bulletin, qui donne les caractéristiques de l’examen. De ce fait, « there has been a breach of obligations on the part of the Medical Council » selon eux concernant cet aspect de l’examen « as we were not recipient of what we paid for in the first place nor have been informed of any changes being brought to the paper structure ». Ces candidats demandent des éclaircissements au sujet de ces changements apportés par l’examinateur.
Ces candidats signalent aussi dans leur correspondance « l’inexistence » de “sample paper” pour cet examen alors que le MC en prévoit pour les candidats prenant part au Medical Registration Examination – examen pour l’enregistrement des nouveaux médecins. Ces candidats déplorent l’absence d’un syllabus à proprement parler et soutiennent que l’Information Bulletin fait mention tout simplement d’une « list of chapters ». « We believe that a list of chapters does not constitute a syllabus », disent-ils. Ces derniers insistent sur la nécessité d’avoir un « detailed syllabus with each proper aims and objectives content and examinatble areas » à l’intention des futurs candidats se présentant à cet examen d’internat.
Une autre doléance de ces candidats a trait à la réduction du temps de l’examen, passant de trois heures à deux heures et trente minutes, alors que le niveau du questionnaire, selon eux, était plus élevé en comparaison de celui du précédent examen, tenu en novembre 2016. On relève aussi dans cette correspondance des critiques concernant le déroulement de “coaching classes” pendant la semaine précédant les examens et qui ont eu lieu à l’UTM. Selon ces candidats, ces “coaching classes” ont été organisées par l’UTM « in association with the Medical Council », ajoutant avoir déboursé une somme de Rs 2 500 pour y participer. Mais au bout du compte, selon leurs dires, ces cours « did not portray the examination ». Et de poursuivre : « This coaching course we now believe has been an unnessary expense and inefficient use of our time givern that this preparation did not match what the preparation that was required to match and be able to tackle the difficulty level of the examination paper. »
Ils ont payé aussi au MC une somme de Rs 2 800 pour le “pre-registration fees” et Rs 500 pour les frais d’examen. Ces candidats n’ayant pu réussir à l’examen souhaitent prendre connaissance des points qu’ils ont obtenus afin d’avoir une idée exacte de leur performance, ajoutant que le MC ne leur a pas communiqué cette information qu’ils ont demandée. « On ne comprend pas pourquoi le MC refuse de nous donner cette information qui nous concerne et qui pourrait nous aider à mieux comprendre ce qui s’est réellement passé au dernier examen », disent ces candidats.