« Le monde étant devenu un village global, nous ne pouvons nous permettre de rester à la traîne si nous voulons être compétitifs sur le marché global », a déclaré le ministre des TIC et de l’Innovation, Yogida Sawmynaden, hier à l’inauguration d’un sommet organisé par l’International Data Corporation (IDC) au bénéfice des Chief Information Officers (CIO). « Nous devons voir au-delà de nos frontières pour étendre nos services », a-t-il dit.
Yogida Sawmynaden est intervenu hier lors de l’inauguration d’un sommet organisé par l’IDC au bénéfice des CIO. Selon lui, les entreprises venant des différents secteurs sont toutes en train de repenser leurs stratégies digitales. De fait, « vous, en tant que CIO, vous devez vous tenir au courant des derniers développements afin de pouvoir guider correctement votre hiérarchie » dans ses plans futurs. « Le gouvernement est très conscient qu’à mesure que le pays progresse vers une économie de services et du savoir, il doit reconnaître l’importance et le potentiel d’adopter les nouvelles technologies, couplées à l’infrastructure », a déclaré le ministre. Ce qui devrait positionner le pays, selon lui, « as a reliable software development platform » pour le marché africain.
Yogida Sawmynaden a indiqué que l’important est de s’assurer que le pays dispose d’une masse suffisante de « software developers » compétents dans les techniques de développement des applications mobiles et de celles du Web, et être aussi capables de trouver des « cost-effective software solutions » aux problèmes existants. Non seulement veut-il attirer les meilleurs « software developers » de l’étranger pour venir lancer leurs propres entreprises à Maurice, ou pour se joindre à celles qui existent déjà, mais le ministre veut aussi encourager nos universités et nos polytechniques à former des gens qui sont employables immédiatement. « Je crois que l’exploitation du pouvoir des pôles clés que sont les applications mobiles, le “cloud computing”, les “data analytics” et les médias sociaux peut transformer nos industries et autonomiser les clients de différentes façons », a-t-il fait ressortir, avant d’ajouter : « Dans les quelques années à venir, l’Internet of Things (IoT), l’intelligence artificielle, le “blockchain” et l’automation massive devraient révolutionner nos modèles informatiques du business. Et il est important pour nous d’être prêt. »
Poursuivant, Yogida Sawmynaden a affirmé que nos différentes activités économiques ont connu une croissance énorme durant les dernières décennies grâce à l’omniprésence des technologies dans tous les secteurs de notre économie. « Nous pensons que cette croissance devrait progresser en termes de “delivery and productivity” », a-t-il ajouté. Il a par ailleurs indiqué que son ministère planche actuellement, en collaboration avec le secteur privé, sur un document stratégique intitulé “Digital Mauritius 2030”, et qui sera présenté l’année prochaine. Ce plan devrait couvrir cinq piliers de la technologie que sont “the ICT infrastructure”, “the e-Government and business facilitation”, le “talent management”, la cybersécurité et les “innovation and emerging technologies”.
Pour sa part, Jyoti Lalchandani, group vice-president et regional managing director d’IDC, a dit avoir réuni, lors de ce sommet, une pléiade de leaders d’opinion respectés venant de l’industrie pour exposer les différentes stratégies et technologies révolutionnaires afin d’améliorer l’efficience et la productivité, ainsi que de transformer l’expérience de la clientèle.