Henri Favori a lancé la semaine dernière la deuxième édition de sa pièce Tras en version kreol et française, éditée par les Éditions de l’Océan Indien. Dans un entretien accordé dans le sillage de ce lancement, il nous parle de sa pièce, et au-delà, de sa passion pour le théâtre. Cet ansien instituteur comptant quelque quarante années de carrière estime que le théâtre n’est pas utilisé pleinement pour le développement de l’enfant. L’accent, estime-t-il, est trop mis sur la compétition, et pour lui, « la compétition tue la création ».