La compagnie Aniyen Montagne Blanche, spécialisée dans le commerce de pâtisseries, était poursuivie en cour de Moka sous une charge de « selling food which is injurious to health ». Le magistrat Kevin Moorghen, qui a présidé ce procès, a accordé le bénéfice du doute à la compagnie accusée, trouvant qu’il n’y avait pas assez de preuves pour démontrer que ce sont les produits de la pâtisserie de cette compagnie qui avaient causé une intoxication alimentaire.
Représentée par son directeur, la compagnie accusée, Aniyen Montagne Blanche, avait plaidé non coupable de la charge portée contre elle. Un inspecteur de la santé, appelé à la barre des témoins, a produit les statements du dit directeur. Ce dernier a indiqué que le 6 avril 2011, 50 variétés de produits avaient été préparées pour la vente dans une pâtisserie située à Montagne Blanche. Selon lui, les produits non vendus étaient détruits le jour même.
Un témoin de la poursuite a dit avoir été informé par l’hôpital de Flacq d’un cas d’intoxication alimentaire qui aurait causé la mort d’un individu. Soutenant ses dires, l’inspecteur de la santé, Monsieur Puttoo, a déclaré en cour qu’il avait reçu plusieurs plaintes d’intoxication alimentaire émanant de l’hôpital de Flacq le 8 avril 2011. Les plaignants ont accusé la pâtisserie d’en être le responsable.
Un médecin, qui avait examiné les personnes souffrant d’intoxication alimentaire, a soulevé en cour que l’un d’eux s’était rendu à l’hôpital le 11 avril 2011 alors qu’il avait consommé les pâtisseries le 8 avril. Le médecin a concédé qu’il était impossible de relever la cause de l’intoxication alimentaire vu que le plaignant avait consommé d’autres aliments entre le 8 et le 11 avril. Témoignant en Cour, le plaignant en question a indiqué qu’il s’était rendu à un health centre un jour après avoir consommé les pâtisseries. Il a ensuite déclaré s’être rendu à l’hôpital trois jours plus tard parce que son état empirait. Il a toutefois admis qu’avant de se rendre au health centre, il avait pris son petit-déjeuner et s’était rendu au travail.
Le magistrat Kevin Moorghen s’est alors penché sur le témoignage du médecin traitant qui avait indiqué qu’il ne pouvait établir la cause de l’intoxication alimentaire, car le plaignant s’est rendu à l’hôpital trois jours après. Le magistrat a noté que le plaignant avait admis avoir pris son petit-déjeuner et avoir travaillé le lendemain qu’il ait consommé les pâtisseries. Jugeant qu’il n’y avait pas assez de preuves, le magistrat Moorghen a alors accordé le bénéfice du doute à la compagnie Aniyen Montagne Blanche.