Le lancement officiel du Kreol Morisien (KM) en Standard 1 dans les écoles a eu lieu ce matin à l’école du gouvernement du Morne en présence du ministre de l’Éducation Vasant Bunwaree. Le ministre a axé son discours sur l’importance de l’interculturalité et sur les efforts déployés pour l’entrée du kreol comme matière optionnelle dans les écoles. Il a également lancé le poster Bridging the Gap.
À l’école du morne, où ils sont plus d’une vingtaine à avoir pris comme matière optionnelle le kreol, c’est Hashim Khodabacus qui assurera le cours. En compagnie de 64 autres professeurs, ce dernier a suivi des cours au MIE. Pour la plupart, ces profs assureront les cours dans au moins trois écoles dans une même région.
Hashim Khodabacus travaillera également dans les écoles de La Gaulette et de Rivière-Noire. Pour lui, « il n’y a aucune différence dans les techniques d’apprentissage ».
Ce matin, l’admission des plus petits a eu lieu dans une atmosphère bon enfant. Sagement assis, les enfants de l’école du Morne, accompagnés de leurs parents attendent l’arrivée du ministre. Drapeau de Maurice à la main, les enfants parlent et jouent entre eux. « Zordi mo rentr dan gran lekol », répond timidement Yohan lorsque la question lui est posée. Sa mère se dit ravie que l’école ait été choisie pour le lancement du KM dans le cursus scolaire. David Duc, enseignant de première année, soutient que le kreol ne comportera que des avantages. « Cela brisera la stratégie d’apprendre par coeur et permettra aux enfants de réfléchir », dit-il.
L’introduction du KM est assurément l’événement phare de cette rentrée scolaire 2012. « Après plusieurs années de lutte, les militants de la langue obtiennent enfin le fruit de leurs efforts », dit Vinesh Hookoomsing, linguiste et président de l’Akademi Kreol Morisien, organisme créé en octobre 2010 afin de travailler sur les outils linguistiques à mettre en place pour la standardisation de la langue et sa reconnaissance sur le plan national. Les deux années précédentes ont été cruciales pour la reconnaissance du kreol. Outre la formation de l’AKM, le lancement de la deuxième édition du Diksioner Morisien, la présentation de la graphie du kreol et de sa grammaire, entre autres, ont été des étapes majeures afin que cette langue soit introduite en tant que matière optionnelle, avec la nouvelle stratégie pédagogique sur laquelle compte miser le ministère de l’Éducation. Ce matin, Vasant Bunwaree s’est dit convaincu des progrès qu’engendrera le KM avec son introduction dans le cursus scolaire. Reconnaissant le travail entrepris autrefois par les militants de la langue, il a toutefois argué que l’interculturalité demeure la route d’accès pour que Maurice soit un exemple pour le monde entier. « Nou bizin montre zanfan ki zot ena zot kiltir me osi ki ena lezot kiltir otour zot. Se la kiltir ki bizin konn partaze », a-t-il déclaré. Et d’insister sur l’importance de l’apprentissage et de la maîtrise de la langue par tout un chacun. « Toutes les structures ont été mises en place pour que la langue soit reconnue. Fode pa ki dimounn ekrir dapre seki zot pense bon me dapre seki Diksioner Kreol propoze, bizin ekrir li parey kouma li propoze dan langaz-la », a souligné le ministre de l’Éducation. Il a rappelé que son ministère a institué une cellule pour la vérification de la graphie kreol. « Bann seki par sir ki ortograf ki zot pe servi li bon, zot kapav avoy zot text minister pou verifikasion. Ek sa li pou gratis ! »