C’est fini les trente-trois heures de service par semaine pour les généralistes des hôpitaux et leurs collègues affectés à d’autres départements en dehors du service hospitalier. Malgré les cris de protestation de la Medical Health Officers Association, les médecins devront se faire à leurs nouveaux horaires de travail selon une formule de shift system en vigueur dès aujourd’hui. Ainsi, en général ils travailleront 40 heures par semaine. Soulignons que le shift system pour les médecins est une recommandation du PRB qui en a fait mention pour la première fois en 1993…
Les jeunes dirigeants de la MHOA qui contestent le shift system savent-ils seulement que c’est à la demande de leurs aînés que le PRB a fait cette recommandation pour la première fois en 1993 et que l’organisme est revenu à la charge dans plusieurs rapports successifs ? « Il est impossible que les médecins travaillent trente-trois heures d’affilée ! On était épuisé et en outre, on n’avait pas de vie familiale ni sociale. C’est dans l’intérêt des patients que nous avons fait la requête du shift system auprès du PRB », se souvient un des anciens dirigeants du syndicat des généralistes. On raconte que des proches des médecins ont écrit eux aussi au PRB pour dénoncer ces « longues heures de travail ».
Jusqu’à hier, les horaires normaux du généraliste étaient de 9 heures à 12 heures/13 heures à 16 heures en jour de semaine et de 9 heures à 12 heures le samedi. Toutefois ces médecins devaient assurer le service de nuit sur une base rotative (de 16 heures à 9 heures le lendemain) et pour lesquels ils étaient rémunérés selon le tarif fixé par le PRB. En revanche, la journée de travail le dimanche comptait comme de l’overtime. Selon l’ancienne formule, à titre d’exemple, un médecin qui prenait son service un mardi matin enchaînait avec le service de nuit et reprenait le service du jour jusqu’à 16 heures. Il rentrait chez lui après une trentaine d’heures passées à l’hôpital.
Mais à partir d’aujourd’hui, avec le shift system, le généraliste assurant le service du jour est en poste de 8 heures à 16 heures et un autre collègue prendra le relais pour le service de nuit jusqu’à 8 heures le lendemain.
En raison d’un manque d’effectif ces dernières années, le ministère a retardé l’introduction du shift system. « Il y a suffisamment de médecins en service aujourd’hui pour appliquer le shift system », affirme un Hospital Administrator. Le dernier exercice de recrutement de 350 nouveaux médecins ainsi qu’un fort contingent d’internes chaque année permettent aux autorités d’étendre les nouveaux horaires de travail à tous les départements du service hospitalier.
Valeur du jour, le service de santé publique compte 1 088 généralistes répartis en cinq catégories comme suit : Medical Health Officers, Emergency Physicians, Community Physicians, Occupational Health Physicians et Aids Physicians. Ces quatre dernières catégories de médecins ont reçu une formation additionnelle dans la discipline concernée. Ils ne sont pas pour autant des spécialistes même s’ils sont affectés à des services spécialisés. « Nous sommes à mi-chemin entre le grade de généraliste et celui de spécialiste », explique un Emergency Physician.
Si dans ses rapports datant d’avant 2016 le PRB avait préconisé le shift system seulement dans le cas des généralistes affectés dans les hôpitaux, dans son dernier rapport publié l’année dernière, cet organisme recommande cette mesure à l’intention de Medical Grades. « Est-ce que tous les grades des médecins sont concernés ? » questionne un médecin travaillant dans le SAMU. « C’est encore flou », selon ce dernier. « Pour démarrer le shift system ce sont seulement les médecins au grade Medical Health Officers et Senior Medical Health Officers qui sont concernés », dit un administrateur du service hospitalier.
Les responsables des hôpitaux ont enchaîné des réunions durant la journée d’hier pour les dernières vérifications avant l’entrée en vigueur des nouveaux horaires. Le nouveau « roster » ainsi que la durée du service de nuit font beaucoup de mécontents parmi les généralistes. « Il y a une très petite variance par rapport au nombre d’heures par semaine. Me enn dan lot an general sa pou fer 40 h par semenn », disent les administrateurs.
« Le syndicat ne peut nous reprocher de n’avoir pas discuté avec eux pour le shift system », soutient un cadre du ministère de la Santé. Selon ce dernier, qui a participé à ces réunions de négociations, le ministère et l’ancienne direction du syndicat des généralistes étaient presque arrivés à un accord sur plusieurs points. « Mais les membres de la MHOA lors d’une assemblée générale spéciale ont rejeté en bloc les propositions faites par les deux parties. Jusqu’ici les nouveaux responsables de la MHOA n’ont pas été capables de faire une proposition pour le roster. It’s a government decision, we can’t go back. Ils ont signé l’option form pour le PRB et ils ne peuvent pas contester le shift system », ajoute ce cadre de la Santé.