Le ministre des Affaires étrangères et du Commerce international, Étienne Sinatambou, qui a participé vendredi à la cérémonie de lancement du rapport 2015 des Nations Unies sur l’Investissement dans le monde, était à Bruxelles mercredi où il a estimé que les chiffres réels des investissements directs de l’étranger à Maurice en 2014 s’élèvent à 574 millions de dollars.
Maurice a enregistré une croissance de 62 % dans ses entrées d’investissements étrangers directs (FDI) en 2014. Ces investissements ont atteint la somme de USD 418 millions avec, notamment, l’acquisition de CIEL Investment Limited par un groupe d’investissement français pour la somme de USD 68 millions.
Toutefois, a soutenu Étienne Sinatambou au Mauricien hier, « si on se réfère à ce qu’on appelle le crossborder acquisition, c’est-à-dire les transactions entre les “non residents” à Maurice, nous avons obtenu 574 millions de dollars d’investissements directs en 2014 ».
Le rapport a été lancé par le secrétaire général de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, Mukhisa Kituyi, à Bruxelles mercredi au cours de la réunion des ministres du Commerce des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), à laquelle participe Étienne Sinatambou a donc participé.
Le ministre des Affaires étrangères observe que les pays insulaires Trinité-et-Tobago, les Bahamas, la Jamaïque et Maurice sont, en ordre de rang, les quatre principales destinations d’entrées d’investissements étrangers directs (FDI) pour les petits États insulaires en développement (PEID) en 2014. Le rapport souligne également que les entrées de FDI à Trinité-et-Tobago ont augmenté de 21 % en 2014, à la suite des investissements par une société mauricienne, Consolidated Energy Company, qui a racheté 57 % des actions de Methanol Holdings Trinidad Limited pour une somme de USD 1,2 milliard.
Le rapport, préparé par la division Investissement et Entreprise de la CNUCED, fait ressortir que les entrées d’investissements étrangers directs (FDI) ont baissé dans le monde en 2014, accusant un recul de 16 %, pour atteindre le chiffre de 1,23 trilliard de dollars (USD). Selon les auteurs du rapport, cette chute s’explique par la fragilité de l’économie mondiale et l’incertitude des investisseurs.
En Afrique, les entrées d’investissements étrangers directs (FDI) sont restées stables à USD 54 milliards et le secteur des services représente la majeure partie de ces investissements.
En ce qui concerne les petits États insulaires en développement (PEID), le FDI a augmenté de 22 % en 2014 pour atteindre le chiffre de USD 6,9 milliards. Les Caraïbes ont reçu la majeure partie des entrées d’investissements étrangers directs (78 %), suivie de l’Afrique (11 %), l’Asie (6 %) et des îles du Pacifique (5 %).