La Barclays Bank et sa filiale sud-africaine, ABSA, sont prêtes à accompagner les sociétés mauriciennes dans leur stratégie de diversification de leurs portefeuilles d’investissement et d’exploitation d’opportunités d’affaires en Afrique. C’est ce qu’a soutenu hier après-midi le Managing Director de Barclays Maurice, Ravin Dajee, lors d’une conférence autour du thème « Insight into Africa » à l’hôtel Hennessy Park à Ébène en présence de plusieurs responsables de service d’ABSA Capital, une division d’ABSA Bank Ltd. Ravin Dajee a annoncé l’organisation de « roadshows » dans divers marchés africains pour faciliter des rencontres « business to business ».
« We know the market and we have already done our homework », a déclaré Ravin Dajee à l’ouverture de la conférence à laquelle participaient des chefs d’entreprise et des spécialistes en matière de structuration d’investissement et de gestion de portefeuille. Pour le Managing Director de Barclays Maurice, la diversification des opérations en direction du continent africain est une stratégie à considérer sérieusement compte tenu des perspectives de développement des économies africaines et de la menace que représente la nouvelle loi fiscale adoptée par le gouvernement indien, en l’occurrence le GAAR (General Anti Avoidance Rule) pour le secteur du Global Business de Maurice.
S’appesantissant sur la résilience des économies africaines depuis le déclenchement de la crise financière en 2008, Ravin Dajee a souligné que les indicateurs tendent à confirmer ce que nombre d’observateurs économiques prévoient : « La prochaine vague de croissance globale viendra principalement du continent africain. » Statistiques à l’appui, le Managing Director de la Barclays a soutenu que dans ce continent plusieurs économies ont enregistré des taux de croissance les plus rapides (Éthiopie : 8,1 %, Mozambique : 7,7 %, Tanzanie : 7,2 %, République Démocratique du Congo et Ghana : 7 % chacun). Le Produit intérieur brut (PIB) par tête d’habitant de 13 pays africains est plus élevé que celui de la Chine alors que 22 pays ont un PIB par tête d’habitant plus important que l’Inde.
L’Afrique comptera environ 25 % de la population mondiale d’ici à 2050 et dispose actuellement de 60 % des terres non cultivées au plan mondial. Ravin Dajee a également signalé que le déficit budgétaire moyen en Afrique est passé de 4,6 % dans les années 90 à 1,8 % dans les années 2000, que le continent dispose de 80 % des réserves de platine, de 60 % des réserves de diamant et de 40 % des réserves d’or. De plus, le nombre de téléphones portables a augmenté de 316 millions depuis 2000.
« These are encouraging signs indeed and it is important that we seize the opportunities as they crop up », a déclaré Ravin Dajee. Surtout, a-t-il poursuivi, quand on est au courant de la menace que représentent une éventuelle promulgation du GAAR et une possible révision du traité de non-double imposition avec l’Inde pour le secteur du Global Business de Maurice. « My reading of it all is that GAAR carries a real risk of undermining the ability of business and individuals to carry out sensible and responsible tax planning », a souligné Ravin Dajee. D’où, a poursuivi le Managing Director de Barclays Maurice, l’urgence d’une stratégie de diversification des opérations des sociétés mauriciennes mais, a-t-il prévenu, une diversification bien pensée et soutenue par une étude de marché et un « responsible financial back-up ». C’est là où, selon Ravin Dajee, la Barclays et l’ABSA peuvent apporter leur concours vu leur forte présence dans 13 pays africains qui, à eux seuls, représentent environ 45 % du PIB total du continent africain. La Barclays et ABSA, a-t-il ajouté, ont les produits et services appropriés pour satisfaire les besoins des sociétés mauriciennes. « We want you to trust us to get where the business is sourcing.»
Ravin Dajee a par ailleurs annoncé l’organisation de différents « roadshows » étalés sur plusieurs mois en Afrique où la Barclays et ABSA mettront en rapport des chefs d’entreprise et gestionnaires de portefeuilles locaux avec leurs homologues dans différents marchés africains. Le premier se tiendra selon toute probabilité en Afrique du Sud. La direction de Barclays Maurice a indiqué que la liste des pays ciblés comprendrait la Tanzanie, le Kenya, le Mozambique et le Nigeria.