La présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, a mis en garde contre la dilapidation des ressources naturelles. C’était jeudi dernier, lors de son intervention au Haut-commissariat britannique à Floréal en présence du représentant de la Scottish Association for Marine Science (SAMS), ceux de Videre et de Hive Energy. Ils étaient à Maurice dans le cadre du lancement de la campagne britannique « Innovation is great ». Ils ont eu des sessions de travail avec l’Université de Maurice, des institutions para-étatiques et le secteur privé.
La présidente de la République affirme qu’aujourd’hui la responsabilité sociale et le développement durable relèvent de la compétence du gouvernement et de celle du monde des affaires et ne sont plus considérés comme des activités auxiliaires. « These emerging challenges demand a strong leadership as well as the involvement and the collective responsibility of governments, the community and the non-State actors. In the same breath, any foreign investment decision has to take into account the fact that drawing down the earth’s natural resources for short-term profit is bad for business in the long run », soutient-elle. Ameenah Gurib-Fakim affirme que les gouvernements, les ONG et la société dans son ensemble reconnaissent que les scientifiques et la communauté internationale peuvent travailler main dans la main dans le cadre du programme de développement. « Scientists can and should be trusted », ajoute-t-elle. Le plus grand catalyseur du changement a été, selon la présidente de la République, la prise de conscience par les scientifiques, les académiques et le monde des affaires que ce qui constituait un obstacle au développement durable dans le passé est aujourd’hui une occasion pour l’innovation et le développement. Un tel partenariat, fait-elle ressortir, est la clé du développement durable du continent africain. D’où l’importance de nous engager, de partager les idées et de renforcer notre collaboration dans les secteurs de la santé, l’agriculture, le transfert de technologie et l’innovation. « Science need to increasingly find solutions that are economicallly benign, and for all these, political will and leadership is needed ». Pour la présidente de la République, il faut en outre, « mobilize cutting-edge technology, recognize the value of indigenous knowledge, cultural traditions, forge partnerships anchored in the common good for the benefit of all ».
Le Haut-commissaire britannique à Maurice, Jonathan Drew devait noter que Hive Energy, reconnu comme le « Highest pure play developer » en Grande Bretagne par Solar Intelligence, se spécialise dans des fermes solaires et souhaite investir à Maurice et implantera son siège social pour Maurice et l’Afrique à Ébène. Une activité qui créera de l’emploi direct et indirect. Videre Global Designs quant à lui est pionnier dans le développement des Smart cities sous forme de Public Private Partnership (PPP) et travaille déjà avec le gouvernement botswanais « to run the first globally certified solar PV training program which will bring power to 65 schools powering education and furthering the prosperity of future generations ».
Se disant impressionné par l’engagement annoncé du Premier ministre sir Anerood Jugnauth de développer la recherche et l’innovation dans le cadre de l’économie océanique, le HCB affirme tout à fait comprendre qu’il est difficile d’attirer des jeunes vers ces secteurs qui ne semblent pas encore pourvoyeurs d’emplois mais qu’il est important de les encourager à se former et à en développer les compétences nécessaires pour les faire croître. Les représentants des deux firmes britanniques et de la SAMS ont fait une présentation de leurs activités lors de cette soirée.