Kibo Capital Partners Ltd, filiale du groupe CIEL, a procédé récemment au lancement de son deuxième fonds, le Kibo Fund II, avec un montant initial de USD 50 millions. Le fonds en question compte investir dans le capital des petites et moyennes entreprises en Afrique australe et orientale ainsi que dans l’océan Indien.
Des institutions de renom ont participé à la levée de capitaux organisée par Kibo Capital Partners. Parmi elles, on relève les noms de la Société Financière Internationale, le guichet secteur privé du groupe de la Banque Mondiale, la Banque africaine de développement (BAD) et le DEG, membre de KfW Bankengruppe – KfW banking group d’Allemagne. CIEL Ltd et Anglo-Mauritius ont été aussi parties prenantes de l’exercice. La BAD avait donné son accord à une participation, à hauteur de USD 12,5 millions, dans Kibo Fund II. Dans les milieux des promoteurs du fonds, on annonce que 30% du capital proviennent de fonds de pension, d’entreprises familiales et d’autres investisseurs institutionnels.
Le Kibo Fund II ciblera principalement des PME faisant montre de dynamisme ainsi des entreprises opérant dans le “mid-market” en Arique et dont les revenus annuels se situent entre USD 10 millions et USD 40 millions. Les investissements dans le capital de ces entreprises varieraient dans une fourchette de USD 4 à 8 millions de dollars. Les secteurs d’opérations de ces PME visés sont divers, allant des services financiers à la santé en passant par l’éducation, l’industrie manufacturière et les services. Kibo Capital Partners Ltd, basée à Maurice ainsi qu’au Kenya, assurera la gestion du fonds.  
Le Managing Partner de Kibo Capital Partners Ltd, Thierry Hugnin, se dit, dans un communiqué de presse, satisfait du partenariat qui se développe autour des fonds d’investissement qui ont été lancés jusqu’ici par sa société. « Nous apprécions le soutien continu de nos investisseurs dans le premier fonds, Kibo I, et sommes heureux de nous associer à de nouvelles institutions de renommée internationale pour le deuxième fonds. L’Afrique est sur une dynamique économique très positive et les possibilités d’investissements sont nombreuses. Nous sommes confiants de pouvoir réaliser un bon retour sur investissement tout en contribuant à l’émergence de l’Afrique», souligne-t-il.   
Kibo Capital Partners Ltd avait lancé, en 2008, un premier fonds avec un capital engagé de 29 millions d’euros et une durée de vie de 10 ans. Pour ce qui est du Kibo Fund II, le montant total des engagements pourrait atteindre USD 80 millions. « Nous croyons fermement que nous pouvons apporter de la valeur ajoutée aux PME et aux mid-market businesses dans les régions que nous ciblons. Nous continuons à lever des capitaux supplémentaires pour explorer d’autres opportunités », indique Christophe Evard, partenaire chez Kibo Capital Partners Ltd.
Par ailleurs, dans un communiqué annonçant sa décision de faire un placement de USD 12,5 millions dans Kibo Fund II, la BAD avait indiqué que, parmi les pays ciblés, se trouvent Madagascar, Maurice et les Seychelles (pour l’océan Indien), le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda et la Tanzanie (pour l’Afrique de l’Est), et l’Angola, le Botswana, l’Éthiopie, le Malawi, la Namibie, la République du Congo et la Zambie (pour l’Afrique australe).
La BAD faisait également ressortir que les investissements qui seraient effectués allégeraient le problème d’accès aux finances que rencontrent de nombreuses PME tout en contribuant à la promotion de la bonne gouvernance, les bonnes pratiques d’affaires ainsi qu’à la création d’emplois et de la croissance inclusive dans les régions concernées.