Luc Raffard avec François Guibert, CEO de l’EDB et d’autres représentants du CEMA lors de la séance inaugurale de présentation de la mission d’entrepreneurs de Monaco

Une délégation de chefs d’entreprise de Monaco, forte de 26 membres du Club des Entrepreneurs monégasques en Afrique (CEMA), entreprend actuellement une mission de prospection à Maurice. La mission vient non seulement étudier les possibilités offertes par Maurice pour l’exécution de « projets porteurs » mais également l’utilisation de la plateforme mauricienne pour accroître les échanges commerciaux et les investissements en direction de l’Afrique.

Le déplacement de la délégation du CEMA est à l’initiative de Luc Raffard, président de la société OKSA, spécialisée dans l’agroalimentaire, qui s’intéresse à la promotion de la gastronomie et du tourisme de luxe à Maurice. Luc Raffard a pu convaincre la direction du CEMA à cibler Maurice pour sa quatrième sortie internationale après celles menées les années précédentes, à Kinshasa, en Côte d’Ivoire et au Sénégal. « Maurice est un modèle pour le continent africain », a déclaré Adnan Houdrouge, vice-président du CEMA, lors d’une séance de travail inaugurale à l’hôtel Le Labourdonnais hier matin. Président de la société Mercure International, dont les activités principales concernent la distribution de marques (mode, sport et alimentaire), Adnan Houdrouge estime que Maurice, dans sa phase de développement soutenu, s’impose aujourd’hui comme un carrefour entre l’Europe, l’Asie et l’Afrique. Il s’est appesanti sur l’amélioration continue du climat des affaires à Maurice et sur le récent classement Doing Business établi par la Banque mondiale.

Dans les milieux de la mission du CEMA, on est d’avis que les perspectives d’accroissement des échanges commerciaux et des investissements vers l’Afrique à partir de Maurice sont grandes. Frédéric Geerts, secrétaire général du CEMA et administrateur-délégué de Rothschild Martin Maurel Monaco, une banque privée, s’est référé à l’appartenance de Maurice aux blocs régionaux que sont la SADC et le COMESA et surtout à la stabilité politique dont jouit le pays. Le dynamisme de la Bourse des valeurs et les traités fiscaux et de protection des investissements signés par Maurice avec nombre de pays africains ont été également soulignés par le secrétaire général du CEMA.

François Guibert, chief executive officer (CEO) de l’Economic Development Board (EDB), a également mis en valeur les facilités offertes aux entrepreneurs par la plateforme mauricienne, mettant l’accent sur les opportunités d’affaires que ces derniers peuvent trouver dans une dizaine de secteurs porteurs: de l’industrie manufacturière aux nouvelles technologies de l’information et de la communication en passant par la santé, l’éducation, l’immobilier et les smart cities. François Guibert a fait ressortir que l’Europe, l’Inde et la Chine sont les trois grands blocs sur lesquels Maurice veut s’appuyer pour approfondir ses échanges et sa stratégie économique en direction du continent africain.

La délégation du CEMA comprend des représentants de sociétés opérant dans une panoplie de secteurs: le courtage d’assurance et de réassurance, la distribution de marques, l’accompagnement de projets professionnels et patrimoniaux, la communication externe, les solutions logistiques, le numérique, le trading et les services de ressources naturelles, l’aviation d’affaires, les conseils liés à la propriété intellectuelle, les services comptables, les services fiduciaires et d’administration de sociétés, l’agroalimentaire et les services pétroliers. Les membres de la mission, qui séjourneront au pays jusqu’au mercredi 7 novembre 2018, auront des rencontres avec les dirigeants des groupes IBL, CIEL, ENL, Business Mauritius, Alteo ainsi qu’avec ceux des groupes bancaires MCB et AfrAsia.