Les fonds du National Pensions Fund (NPF) et du National Savings Fund (NSF) ont augmenté de Rs 9,3 milliards et de Rs 2,1 milliards respectivement en 2012 grâce au retour sur leurs investissements (+10,2% pour le NPF et +7,2% pour le NSF) effectués par ces deux institutions dans différents portefeuilles locaux aussi bien qu’étrangers. Les membres de l’Investment Committee du NPF/NSF en ont parlé à la presse, vendredi.
Le Senior Investment Consultant Imrith Ramtohul a indiqué que les principaux instruments d’investissement de ces deux institutions sont, comme par le passé, les “local treasury bills”, les “treasury notes” et les bons du gouvernement. Le NPF a ajouté environ Rs 400 M en 2012 dans des bons du gouvernement qui, selon le comité d’investissement, « represented an ideal match for the liabilities of the Fund and the yields obtained were considered as satisfactory ». « Le NPF a aussi acheté pour Rs 640 M d’inflation linked bonds au mois de novembre dernier », a-t-il ajouté.
Le comité d’investissement, selon M. Ramtohul, est prêt à considérer des investissements dans des bons de qualité avec un retour attrayant qui sont initiés par des compagnies locales de renom. C’est ainsi qu’en 2012, le NPF et le NSF ont investi Rs 450 M et Rs 150 M respectivement dans un « secured 5 year fixed rates notes » lancé par la compagnie Omnicane. Ce qui leur rapporte un retour de 7,15% l’an. Dans l’immobilier où le NPF a investi dans des bâtiments à Ébène, les investissements ont généré un retour de 5,5%. Sur le plan étranger, les deux fonds ont enregistré des gains significatifs en 2012 avec un retour de l’ordre de 18,8% pour le NPF et de 18,2% pour le NSF. Le NPF a consenti à des investissements additionnels de près de Rs 700 M dans divers fonds étrangers, tant au niveau global qu’en Afrique ou dans des marchés émergents, entre autres. Selon M. Ramtohul, le portefeuille d’investissement du NPF est assez diversifié avec une exposition internationale à hauteur de 19,2%. Les deux fonds possèdent des actifs combinés d’environ Rs 100 M.
À des questions de la presse, le Fund Manager Vinay Rambarassah a expliqué que le NPF/NSF ne peut investir dans l’or « because you don’t have income flow in gold ». « Que se passera-t-il si demain le prix de l’or chute ? » s’est-il demandé, avant de rappeler que les deux fonds doivent investir dans des « capital-protected instruments ». S’agissant de la pérennité du fonds, il a rappelé que la dernière étude actuariale date de 2005. La prochaine pour la période 2010 sortira dans deux mois. « C’est à ce moment que nous pourrons évaluer la pérennité du fonds. Le rapport de 2005 avait estimé que le fonds allait durer environ 45 ans mais il n’avait pas, à cette époque, pris en considération l’âge de la retraite qui été poussé à 65 ans. En prenant ce dernier développement en considération et avec les bons retours que nous obtenons, le fonds devait pouvoir durer au-delà de 45 ans », a-t-il fait ressortir.