Maurice figure en 4e position derrière l’Afrique du Sud, l’Égypte et le Maroc dans le « Top 10 » des pays africains les plus attrayants pour attirer des investissements directs étrangers. C’est ce que révèle une étude de « FDI Markets » sur le potentiel d’investissement des pays les plus prometteurs du Moyen-Orient et d’Afrique. Les principales conclusions de cette étude ont été reproduites récemment par The Banker, une publication du groupe Financial Times.
Dans le classement général des « Top 10 African Countries of the Future 2015/2016 », Maurice (4e) parvient à précéder des pays tels la Tunisie, les Seychelles, le Kenya et le Botswana. Cependant, en termes de « FDI Strategy » pour l’ensemble des pays du Moyen-Orient et de l’Afrique, Maurice se retrouve au 2e rang derrière Bahreïn, et précède des pays tels le Botswana, l’Éthiopie, les Seychelles. Un autre classement publié dans le rapport de FDI Markets, et basé sur le potentiel économique des pays africain, montre Maurice en 5e position, précédée de l’Afrique du Sud, des Seychelles, du Maroc et de l’Égypte.
Le rapport de FDI Markets établit également un classement des pays africains basé sur le “capital humain/style de vie”, où Maurice se retrouve au 5e rang après la Tunisie, le Botswana, le Ghana et la Tanzanie. On observe par ailleurs les bons classements de Maurice sous les chapitres de la connectivité (4e après l’Égypte, l’Afrique du Sud et le Maroc) et du « business friendliness » (3e, derrière l’Afrique du Sud et l’Égypte).
The Banker relève la bonne tenue de l’Afrique du Sud qui s’est maintenue au haut du classement continental, et ce malgré les problèmes de grève en 2014, de black-out au niveau de la fourniture d’électricité et de chômage accru chez les jeunes. De 2010 à 2014, l’Afrique du Sud a enregistré le plus grand nombre de projets d’investissements directs étrangers en Afrique, soit un total de 667. La bonne gouvernance et la transparence de la Bourse de Johannesburg a aussi servi d’attrait aux investisseurs étrangers.
The Banker relève également les bonnes performances du Botswana, de la Tunisie, du Maroc et des Seychelles, alors que la Libye, malgré les conflits internes, s’est classée première dans le « Top 10 » basé sur le « cost effectiveness » pour faire des affaires.