C’est dans une ambiance très amicale que des professionnels de la musique, des artistes et membres des médias ont assisté à l’ouverture de la troisième édition du Indian Ocean Music Market (IOMMA), lundi soir, à La Réunion.
C’est au rythme du maloya-soul de la chanteuse réunionnaise Yaelle Trules, suivi du séga typique coloré de la formation mauricienne Patyatann que l’hôtel Le Floralys à L’Étang-Salé a vibré. Très réceptif aux deux registres proposés au courant de la soirée et complètement in durant les deux heures de live, le public s’est, sans aucune hésitation, laissé emporter par la bonne vibration qui y régnait. Un coup d’envoi musical qui a suivi la présentation de l’événement faite par Jérôme Galabert, président du Pôle régional des musiques actuelles de La Réunion et directeur du Sakifo et d’autres membres organisateurs, en début de soirée.
Véritable plateforme d’échanges et de rencontres réunissant artistes et professionnels de la zone de l’océan Indien, cette nouvelle édition du IOMMA est programmée du mardi 4 au jeudi 6 juin à l’hôtel Le Floralys. Quelque 250 professionnels de la musique régionaux et internationaux sont attendus pour ces trois jours, qui serviront à “élargir les passerelles entre les îles, l’Inde, l’Australie, l’Afrique du sud et les autres pays présents”. Les trois grands axes de ces journées sont les conférences ateliers, les “one to one” et les concerts. Des styles divers seront à l’honneur pour l’occasion. Plusieurs artistes mauriciens ont tenu à faire le déplacement pour cette grande rencontre qui intervient tout juste avant le festival de musique Sakifo.
“Je souhaite aux artistes de faire de beaux concerts et au public de les aimer durant ce IOMMA”, a déclaré Jérôme Galabert, qui souhaite que le IOMMA devienne l’outil fédérateur des artistes des îles.