Le ministre Anil Baichoo, qui fait la suppléance au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, s’est prononcé hier en faveur d’un agenda simple dans le cadre de l’accord de l’Organisation mondiale du Commerce sur la facilitation du commerce.
Le ministre, qui procédait à l’ouverture d’un atelier de travail sur la facilitation du commerce organisé par l’Indian Ocean Rim Association, a estimé que l’espace de coopération entre les pays membres de l’IORA est vaste. « Afin de capitaliser sur le potentiel existant, il est important de créer l’environnement approprié en vue de faciliter le mouvement des produits, des services et des populations entre les pays de la région à travers la coopération économique, technique et politique », dit-il.
Anil Bachoo a souligné le rôle important joué par la facilitation du commerce dans la performance économique et commerciale de n’importe quel pays. Il a estimé que si les mesures de facilitation du commerce recommandées lors de la Conférence de l’OMC organisée à Bali sont mises en oeuvre, le coût du fret à travers le monde pourrait baisser de 10 %. Ce qui pourrait générer quelque 400 milliards de dollars. « Mauritius is fully committed to implementing the WTO Trade Facilitation Agreement both at national and regional levels », affirme le ministre.
Pour sa part, la chargée d’Affaires australienne, Lorena Lopéz, a expliqué que l’IORA a quatre domaines particuliers, à savoir la facilitation du commerce et de l’investissement, la sécurité maritime, la gestion de la pêche, la gestion des risques ainsi que la coopération dans les secteurs académiques, scientifique, technologique, touristique, culturel.
La porte-parole australienne a observé que son pays, qui assure la présidence de l’IORA, est impatient de voir une harmonisation des services de douane. Elle a aussi annoncé que Kuala Lumpur, en Malaisie, accueillera bientôt des délégués féminins de l’IORA. Elle a aussi souhaité une plus grande implication du secteur privé dans les activités de l’IORA afin de dynamiser le commerce et l’investissement au niveau régional.