« Votre mouvement n’est pas vain. Vous priez pour la paix. Espérons que vos prières soient entendues », a déclaré le vice-Premier ministre et ministre de l’Énergie Ivan Collendavelloo hier à l’occasion de la célébration du 50e anniversaire de l’ISKCON, Place Raymond Chasles, Rose-Hill, et ce en présence du maire de Beau-Bassin/Rose-Hill, Ken Fat Fong Suk Koon.
Fondé en 1966 par Srila Prabhupada, l’ISKCON (International Society for Krishna Consciousness) compte aujourd’hui plusieurs branches à travers le monde, répandant des messages de paix et sensibilisant aux enseignements de Krishna. Invité à la célébration hier, le ministre Collendavelloo devait remercier l’association d’avoir choisi la ville de Rose-Hill, sa circonscription, à cette occasion. « La Place Raymond Chasle est un lieu hautement symbolique et devient vite un lieu où des personnes dotées d’un certain intellect et de spiritualité se réunissent de temps à autre. C’est un lieu où on oublie ce que l’on voit au quotidien dans les journaux, comme la guerre, la famine… » Ce lieu, ajoute-t-il, « est un havre de paix ». Il s’est aussi remémoré le temps où il effectuait ses études à Londres et où il avait vu, une fois, « un groupe de jeunes vêtus de robes couleur safran et chantant ‘Hare Krishna’ ». Il était à l’époque, dit-il, « émerveillé » de les voir pieds nus alors que la température était très basse. « Graduellement, le mouvement est devenu une association de paix. Félicitations à vous ! Votre mouvement n’existe pas en vain. C’est un mouvement porteur d’espoir pour les populations à travers le monde. Vous priez pour la paix, espérons que vos prières soient entendues. » Le ministre a rappelé aux dévots que l’Anti-Personnel Mines and Cluster Munitions (Prohibition) Bill a été voté cette semaine au Parlement en vue de condamner l’utilisation des mines, « qui causent tant de mal aux enfants à travers le monde ».
Interrogé par la presse quant à une éventuelle intégration de Jean-Claude Barbier au Muvman Liberater alors qu’il avait rencontré le député récemment, le leader du parti a dit rencontrer « beaucoup de personnes » mais que « toute rencontre ne doit pas avoir une connotation quelconque », comme sa présence à la célébration de l’ISKCON. Quant au maire de Beau-Bassin/Rose-Hill, il a évoqué les nombreux fléaux de la société et a accueilli favorablement les prières de l’ISKCON. « Il y a des cris de certains jeunes de Beau-Bassin/Rose-Hill. Nous ne pouvons rester les bras croisés. C’est pourquoi on a mis sur pied un comité interreligieux, qui devrait être lancé d’ici la mi-octobre. »