Les Malgaches ont fait le plein samedi en enlevant trois des quatre finales des simples de la seconde étape du circuit ITF-CAT U12-14/Internationaux Les Jeunes Dodos, qui ont eu lieu au centre de tennis de Petit Camp. Une razzia qui confirme la bonne santé de ses jeunes, nous dit le directeur technique malgache, Dina Razafimahatratra. Mais La Réunion, pour qui le titre en U14 garçons était déjà assuré, s’est également distinguée par l’entremise d’Alexandre Adam de Villiers. Quant à l’Afrique du Sud, elle est repartie bredouille après sa défaite subie en finale des U12 filles.
À l’heure où il était interrogé, le DTN de la Fédération malgache de tennis faisait l’éloge de la prestation de la jeune élite en simple, mais prévoyait également une quatrième médaille d’or en double filles U14. Et il n’avait pas tort, puisque la paire Manuella Robinson-Firia Ravoniandro priva La Réunion d’une autre médaillé d’or en l’emportant 6-1, 7-6 face à la paire Anita Hutellier-Laura Chavanel. Cette même Hutellier n’a finalement pu prendre sa revanche en finale du simple U14 contre la Malgache Iariniaina Tsantaniony, qui enleva son deuxième trophée en quatre jours, 6-3, 5-7, 6-3. « Oui, c’est un résultat attendu et le tennis malgache jeune se porte bien. L’objectif était de réaliser le sans-faute en U14 filles en plaçant quatre de nos joueurs en finale. Mais la Réunionnaise Hutellier était trop forte pour Fitia en demis. On peut toutefois dire mission accomplie pour les jeunes », résumait assez fièrement le technicien malgache, installé au poste il y a deux ans.
Dina Razafimahatratra fait bien de rappeler que la Grande île a toujours été dans l’élite africaine du tennis. « Nous avons eu deux champions d’Afrique l’an dernier en U14 garçons et filles au Kenya. Déjà, en 2010 et 2011, Zarah Razafimahatratra avait décroché l’or en simple dames aux championnats d’Afrique U18. En 2010, elle avait encore 16 ans. Avant cela en 1994 à Abidjan, nous étions également champions d’Afrique en U18 et champions d’Afrique U14 en 1993 par l’entremise de Taha. Donc, cette présence au niveau africain doit logiquement se révélée dans la zone. Mais en raison du nouveau règlement de la CAT, nous avons présenté cinq joueuses en U14 au lieu de trois, autrement, notre équipe U12 fille aurait été plus performante ».
Il fait ressortir que le déplacement de l’équipe malgache, joueurs et entraîneurs confondus, a été financé totalement par les parents des joueurs. « Je tiens à les remercier d’avoir déboursé pour nous. Ces trois trophées leur sont d’ailleurs dédiés. La fédération n’aura fait qu’assurer que les joueurs ne manquent de rien au plan du matériel, notamment pour le cordage et les balles ».
En U12 garçons, le Namibien Connor Van Schalkwyk n’a pu contenir son adversaire malgache Toky Ranaivo, qui enleva lui aussi son deuxième titre en quatre jours 4-6, 6-2, 7-5. Mais en U14 garçons, Alexandre Adam de Villiers a offert à La Réunion son unique trophée du circuit en s’imposant 6-4, 6-2 à son rival Elliott Roche. Un titre qui apporte beaucoup de satisfaction à Philippe Gruchet, entraîneur de la Ligue réunionnaise de tennis (LRT).
« C’était déjà mal embarqué dans la première étape. Mais nous repartons avec un trophée après une nouvelle semaine qui a été meilleure. Aujourd’hui (samedi dernier), le titre était aussi jouable en U14 filles avec Huttelier. Elle a obtenu une balle d’égalisation à 4-4 dans le 3e set, mais l’a ratée. Le match aurait pu basculer. Mais c’est quand même positif pour elle », convient-il à dire.
L’Afrique du Sud et même la Namibie ont malgré tout sauvé l’honneur dans cette seconde étape en repartant avec le trophée du double garçons U12 pour le premier et celui du double garçons U14 pour l’autre. Notons qu’en finale U12 filles, le titre est revenu à la paire composée de la Sud-Africaine Arista Siebrits et de la Mauricienne Sarah Introcaso.