La première session du Youth Parliament, qui a débuté hier, a pris fin à la mi-journée aujourd’hui après l’adoption d’une série de résolutions qui seront par la suite soumises au gouvernement. L’organisation de la session, a expliqué la Speaker, Maya Hanoomanjee, qui a présidé les travaux de ce Parlement des jeunes, avait été annoncée dans le discours du Budget 2017/2018. Elle s’est dite heureuse que ce projet ait pu se réaliser sous son speakership. Selon elle, les 82 jeunes ayant participé ont été sélectionnés à partir d’une liste de quelque 300 demandes et ont bénéficié d’une formation intense de trois jours. Pour elle, « c’est une occasion idéale pour que les jeunes s’empreignent de l’idéal de la démocratie parlementaire ». Elle ajoute que « la présence de ces jeunes permet d’avoir un espoir pour l’avenir ».

Le Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo, a lui aussi accueilli chaleureusement les jeunes aspirants parlementaires. Il a ainsi expliqué que les parlementaires peuvent s’exprimer en langues française ou anglaise, comme prévu par la Constitution, mais qu’il n’y a pas de langue officielle à Maurice. « La possibilité que le kreol soit introduit est encore à l’étude. » Pour le Premier ministre adjoint, 50 ans après l’indépendance du pays, « les travaux de l’Assemblée nationale ont toujours été d’un bon niveau, même si quelquefois il y a quelques dérapages passagers ». Et de citer les récents débats sur la motion de Shakeel Mohamed, qui demandait la révocation de l’Attorney General pour avoir permis au député Raj Dayal d’obtenir une compensation de Rs 15 M qui, selon lui, « étaient de haute facture ». Il n’a pas manqué de faire rire l’Assemblée qui, du coup, s’est mise à taper sur la table lorsqu’il a raconté que lorsque les débats sont trop longs durant la nuit, il « n’hésite pas à dormir ». Ivan Collendavelloo a toutefois reconnu qu’en ce qui concerne l’égalité des genres, le Parlement mauricien « a encore beaucoup du chemin à faire » puisqu’il n’y a que huit femmes parlementaires.

Le Whip de l’opposition, Dan Baboo, qui parlait au nom du leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, s’est pour sa part appesanti sur le rôle de l’opposition, qui consiste à s’assurer que le gouvernement « travaille en toute transparence et dans le respect de la bonne gouvernance ». Ce qui se traduit surtout à travers des interpellations, dit-il. Il rappelle que le Youth Parliament existe dans plusieurs pays, dont l’Inde, se disant « heureux » que Maurice dispose désormais de son National Youth Parliament. Il est revenu au Clerk de l’Assemblée nationale, Bibi Safeena Lotun, de souhaiter la bienvenue aux jeunes.