Les effets de l’adolescence estompés, les premiers pas dans le monde des adultes accomplis, place à la maturité. Scope a approché quelques jeunes âgés de 25 ans afin de comprendre l’état d’esprit de ceux qui se préparent pour prendre le destin du pays dans leurs mains.
Derrière eux, les week-ends à sortir en boîte. À 25 ans, Yousra, Jason, Chloé, Vivian et David se disent plus posés, voire plus sages. Certificats et diplômes universitaires en poche, ces jeunes ont aujourd’hui l’avenir devant eux et des projets plein la tête. Un futur que la plupart d’entre eux estiment se trouver à l’étranger et non dans leur petite île Maurice, qu’ils aiment pourtant. Les raisons avancées : la politique, les offres d’emploi limitées et, pour certains, le manque d’intérêt de certains Mauriciens pour la chose culturelle.