Le gouvernement n’a rien compris de ce qui se passe sur le plan mondial. Il donne l’impression que nous vivons dans un oasis. Il ne propose rien pour démanteler la société d’apartheid en construction dans notre pays. Il n’y a rien de contradictoire dans son comportement puisqu’un oasis se construit sur les bases d’une société d’apartheid.
Notre société va rester dans un cadre de fracture sociale et nos rapports avec l’extérieur vont subir dans les années à venir les effets des crises qui affectent l’Europe actuellement. Rien d’innovant sur le plan de l’analyse et des idées. Il faudra en reparler dans les jours et les semaines à venir.
Un discours du budget a quatre axes fondamentaux. D’abord celui qui maintient la continuité de l’État et de l’appareil d’État, en termes de salaires et de dépenses courantes.
L’orientation politique n’a pas changé. Le pays maintient la société libérale et le rôle de l’État reste au service du système et le gouvernement ne s’engage en rien dans l’organisation de notre économie. Aucune leçon n’a été tirée de ce qui se passe en Europe en particulier. Les augmentations courantes n’ont pris en considération que les seuls effets de l’inflation. Les moyens pour engager l’État dans le développement social se résument aux seules mesures pour soulager les plus pauvres.
Le deuxième axe est celui qui oriente notre société dans le cadre de l’environnement économique mondial. Le même langage entendu pendant des années est répété. On parle de croissance sans disséquer son contenu et, de ce fait, on a rien compris de la nécessité de redistribuer les rapports entre le secteur de production et le secteur hors production. Rien pour rendre notre économie indépendante. On ne propose rien pour juguler l’inflation. Un point positif cependant, ce sont les mesures minimales prises pour empêcher la vampirisation de nos ressources et des ménages par les banques. Il faudra surveiller la Banque de Maurice. Il y a un discours assez sérieux du ministre, mais il faudra suivre ce qui va être fait. Il parle de l’incapacité de lire ce qui se passe dans l’économie mondiale. C’est un aveu troublant. On va lui démontrer que cette lecture est possible.
Le troisième axe consiste à savoir comment financer le budget d’un État engagé dans le social comme dans l’économie. Alors que les compagnies privées et la bourgeoisie se sont enrichies considérablement ces dernières années par la vampirisation des terres de l’État, la dilapidation de nos terres agricoles et les bas salaires payés dans les usines du privé, on a retiré plusieurs taxes faisant reposer le budget essentiellement sur les taxes indirectes. En sus de cela, on propose plusieurs privatisations directes et on poursuit avec du ‘swapping investment’, réduisant encore nos capacités d’investissement dans les secteurs de production. C’est accablant.
Et enfin, il faut savoir le type de société que nous voulons construire. Le Mouvement Premier Mai maintient que nous construisons une société d’apartheid. Nous avons presque 700 000 personnes qui travaillent et quelques milliers d’autres à la recherche d’un emploi. La presque totalité d’entre eux perçoivent des revenus précaires. Pour eux, ceux qui nous dirigent sont complètement insensibles au sort de la masse des gens qui construisent toute la richesse de quelques familles qui jouissent de tout alors que la majorité des citoyens doivent s’endetter pour subsister.
Globalement parlant, l’orientation du budget ne diffère en rien des deux budgets des derniers ministres des Finances. C’est un budget de continuité. Pas plus et pas moins. Le MPM va prendre position sur l’orientation du budget et son contenu.
———————————————————————————————————————————
Imran Dhannoo (Centre Idrice Goomany) : « Surpris mais satisfait ! »
L’augmentation du budget alloué aux centres prenant en charge des toxicomanes, alcooliques et dépendants de la cigarette me surprend, car le montant passe de Rs 30 M à Rs 51 M, il s’agit là d’une sacrée augmentation ! Cela fait au moins quatre ans, à mon sens, que le budget alloué à la Natresa pour être redistribué aux centres concernés n’a été augmenté. Je suis très satisfait car cette augmentation nous permettra, à la fois, d’améliorer nos services et prestations, et donner un meilleur salaire à ces hommes et femmes qui oeuvrent dans l’ombre. Car à chaque fois qu’on parle de toxicomanes ou d’alcooliques, on oublie souvent que des êtres sont à pied d’oeuvre pour aider ces victimes des substances. D’autant que ces personnes n’ont eu aucune augmentation de leurs salaires depuis 2004/05 !
Je suis surpris que le ministre des Finances ait octroyé une telle augmentation. Mais c’est aussi une preuve qu’il reconnaît l’importance des efforts des travailleurs sociaux dans ce combat quotidien contre les addictions et la nécessité d’oeuvrer pour offrir à ces hommes et femmes une deuxième chance. Mais je souhaite que ce financement concerne ces ONG qui sont vraiment sincères et sérieuses dans leur travail, pour que ce ne soit pas de l’argent utilisé à mauvais escient.
Le profil des malades des substances a considérablement changé. Nous avons beaucoup plus de femmes et de jeunes, tant en ce qu’il s’agit d’injecteurs de drogues que de consommateurs d’alcool. Cette augmentation du budget nous aidera à professionnaliser nos prestations en ce sens.
S’agissant de l’amendement de la Bail Act et de l’introduction des bracelets électroniques, cette initiative va certainement contribuer à diminuer les coûts et aider les détenus à ne pas s’exposer à des risques de maladies et autres.
———————————————————————————————————————————
Ashok Subron (Rezistans ek Alternativ) : « Père Noël pour les riches »
Avant le budget, le ministre des Finances a dit qu’il ne jouera pas au père Noël. En fait, il a joué au père Noël pour les riches en enlevant les taxes sur les dividendes et les taux d’intérêts et en introduisant une série de subventions pour les patrons.
Ce budget ne prépare pas notre pays à faire face au capitalisme global. Il n’y a aucune mesure substantielle pour une transition vers un nouveau modèle économique. Il n’attaque pas la tendance vers l’appauvrissement et l’endettement de la population. On note certes quelques mesures sociales intéressantes, mais elles ne s’attaquent pas à la caractéristique profonde que traverse la société mauricienne.
Nous constatons que Xavier-Luc Duval fera deux choses inquiétantes. Il annonce la privatisation des secteurs de l’eau et des eaux usées, du port et de la Cargo Handling Corporation. Ce qui est extrêmement grave. Il parle aussi des Petites et moyennes entreprises (PME) en termes de création d’emplois. Or, trois sur quatre PME font faillite. Nous constatons aussi que ce budget accélère la dilapidation des terres agricoles et que 800 policiers seront recrutés aux côtés de 300 infirmiers. Ça en dit long sur la philosophie de ce budget.
———————————————————————————————————————————
Cadress Rungen (Groupe A de Cassis/Lakaz A) : « Une collaboration État / ONG souhaitée »
Je souhaite une collaboration entre les ONG et les services de l’État. Cela a, à chaque fois, donné des résultats positifs. Alors que la National Prevention Unit n’est plus, le budget de Xavier-Luc Duval prouve sa volonté de combattre la pauvreté et la précarité sociale. Il a compris que la drogue est un corollaire de toutes ces problématiques. Et c’est tant mieux qu’il ait présenté un budget qui fait la part belle au social. Cela prouve bien la volonté du gouvernement de combattre ces fléaux contre lesquels nous nous battons inlassablement depuis des années !
Les summer schools, les repas chauds aux enfants, la création de six nouveaux shelters sont d’excellentes initiatives. Pour les shelters, reste à savoir à qui ils seront confiés. Car c’est là le catalyseur. D’où encore une fois notre appel au gouvernement de travailler en collaboration avec les ONG qui ont l’expérience et les compétences en ces matières.
La implementary team que souhaite mettre sur pied M. Duval est une excellente chose car c’est bien d’allouer des sommes pour des projets, mais c’est encore mieux d’avoir un cahier des charges et une “redevabilité”. Comme cela, toutes les ONG seront appelées à bien travailler et produire des résultats.
L’amendement à la Bail Act, le recrutement d’infirmières et l’introduction des bracelets électroniques sont aussi d’excellentes initiatives qui permettront de décongestionner les prisons, car cette mesure s’applique surtout à ceux qui sont en “remand”.
———————————————————————————————————————————
Véronique D’Unienville (Étoile d’Espérance) : « Bravo à Xavier Duval »
Je dis un grand bravo à M. Duval pour avoir pris une telle décision courageuse ! Il ne s’agit pas là d’une dépense mais bien d’un investissement majeur dans l’humain. Le nombre de victimes de l’alcool ne cesse d’augmenter. Et parallèlement, nos prestations doivent être encore plus pointues et répondre aux attentes. Cette augmentation du budget est on ne peut plus bienvenue dans la mesure où elle nous aidera à professionnaliser davantage nos prestations.
Il s’agit d’une bonne décision après les cafouillages concernant le CSR. Rehausser le budget des centres vient comme une bouffée d’oxygène. Maintenant nous allons pouvoir être un peu plus à l’aise dans la spécialisation de nos services. Nous avons bien entamé le processus, pour répondre aux exigences de nos patientes. Mais ce financement additionnel nous donne un sérieux coup de pouce !
Je félicite le ministre Duval d’avoir pris cette direction. Avec ce problème qui gagne de l’ampleur, on ne peut pas faire dans l’à-peu-près. Ce budget vient prouver que l’on veut bien faire les choses !
———————————————————————————————————————————
Rita Venkatasawmy (directrice du CEDEM) : « Beaucoup de bonnes intentions »
Ce budget est favorable aux enfants. J’étais bien sceptique au début, mais j’accueille avec joie ces six shelters et le recrutement de vingt officiers pour la CDU & NCC. Très bonne initiative également ce grant in aid de 25 % par tête pour les enfants handicapés et ce plan d’assistance aux victimes d’abus sexuels. Je reste toutefois vigilante sur la mise en application de toutes ces mesures, mais Xavier-Luc Duval a assuré à la fin de son discours qu’il y aura un plan d’action à cet effet. En ce qui concerne le CSR, c’est un concept qui aide les organisations non-gouvernementales et il ne faudrait pas que l’État puise dans ces fonds, car nous les ONG dépendons grandement d’eux. Je trouve que Xavier-Luc Duval est un ministre des Finances qui sait écouter et j’ai été particulièrement sensible à son appel pour l’environnement.
———————————————————————————————————————————
Ming Chen (Directeur de la librairie Le Cygne) : « Rien de nouveau pour la création d’emploi »
Je trouve intéressant la proposition du gouvernement de promouvoir la fonction publique à travers un institut de formation. Par contre, je trouve dommage qu’il n’y ait aucune idée concrète concernant les industries et rien de nouveau non plus en termes de création d’emploi. Je suis très sensible au sport. L’année dernière le gouvernement avait évoqué cette idée de mettre en place un institut de sport, mais jusqu’à présent rien n’a été fait.