Un après le dernier album d’Israëlite, le leader du groupe, Jahfazon, lance son second opus solo. Dread dan Babylone, une ode pour le respect de la communauté rastafari, est bercé par les rythmes mystiques du reggae et du seggae.
Depuis 2008, Wendy Ambroise (alias Jahfazon) et son groupe Israëlite mènent leur barque musicale en surfant sur le courant reggae roots. Trois albums plus tard, le rastaman épouse le style de Kaya en s’essayant au seggae. “Jusqu’ici, nous avons joué du reggae. Nous voulions franchir un cap en proposant un album faisant honneur à la musique de Kaya”, confie Wendy Ambroise. Il souligne que le groupe a acquis suffisamment d’expérience pour s’attaquer à un style qui n’est pas le sien et qu’il a dû apprivoiser. “Depuis 2008, nous nous sommes concentrés sur le reggae roots. Nous avons voulu montrer que nous avons fait du chemin et avons choisi de faire apprécier l’évolution de notre musique.”