Le jardin botanique de Curepipe, jadis réputé pour son éventail de plantes verdoyantes, est aujourd’hui livré à son sort par les autorités et court le danger d’être laissé à l’abandon par le public. Le jardin se dégrade lentement au fil des années et n’attire plus qu’une poignée de visiteurs, souvent à la recherche d’intimité. Un paradis qui perd de sa superbe.

Des poubelles endommagées, des plantes, des branches arrachées et laissées sur place. Des amas de feuilles mortes éparpillées et abandonnées. Des déchets empilés à proximité du jardin d’enfants. Des chiens errants qui se sont emparés des lieux et menacent les étrangers qui foulent leur territoire. Une rivière devenue dépotoir. Un étang cristallin transformé en une mare d’eau boueuse. Le jardin botanique de Curepipe est laissé à l’abandon. Les visiteurs d’antan l’ont déserté. Cet éden a perdu de son charme.
Malgré tout, dans ce jardin ancré au cœur de la ville de Curepipe règne une ambiance apaisante, imprégnée par le chant des oiseaux et le souffle d’un vent léger qui se faufile entre les arbres. Connu pour sa beauté naturelle, le Jardin botanique de Curepipe était autrefois très prisé. Nombreux étaient les visiteurs issus des quatre coins de l’île, qui y venaient en quête de la tranquillité en ce havre verdoyant.

Le jardin botanique de Curepipe a vu le jour en 1870. Ce sont des descendants de colons français qui l’ont aménagé avec une myriade de plantes exotiques et endémiques des Mascareignes. Étendu sur une superficie de deux hectares, ce jardin héberge d’imposants palmiers, une multitude de lataniers et fougères rares, d’immenses tambalacoques, des bois d’olive et des bois de natte, qui s’élèvent au coeur d’une végétation luxuriante.
C’est en 2011 que le jardin botanique de Curepipe a été restauré pour la dernière fois. De nos jours, il est peu fréquenté. Les seuls visiteurs aperçus sont des adolescents et de jeunes adultes en quête d’intimité. Installés sur des bancs, ils se livrent à leurs pratiques, ne faisant aucun cas des autres visiteurs qui les entourent.

Pourquoi ce jardin attire-t-il principalement des couples ? « C’est la première fois que nous sommes venus dans ce jardin. Nous ne sommes pas de cet endroit », nous confie une jeune fille, accompagnée de son petit ami. Ils ont toujours entendu parler de ce jardin public, raison pour laquelle ils ont voulu venir « jeter un coup d’œil ». Ne sont-ils pas gênés  ? Ne ressentent-ils aucune frayeur au vu du manque de sécurité  ? « Non », nous répondent-ils. « Le jardin a l’air d’un lieu tranquille. De plus, je trouve que c’est un très bel endroit. Je n’hésiterai pas à y revenir », affirme le jeune homme.

Un peu plus loin, nous croisons un jeune couple qui « se promenait », disent-ils. « Je suis née et j’ai grandi à Curepipe. Pourtant, je ne viens pas souvent dans ce jardin. J’y suis venu dix ans auparavant. Le jardin a beaucoup changé depuis. Je constate même que quelques endroits précis dans le jardin ont été laissés à l’abandon », regrette la jeune femme.

Les familles se font rares

Dans tout le jardin, une seule famille pique-nique au bord du ruisseau, qui serpente au beau milieu de cet espace vert. « Nous venons souvent nous détendre dans le jardin. Nous n’habitons pas loin d’ici. Toutefois, le jardin a perdu tout son charme. C’est triste de voir l’état dans lequel il est. J’ai passé toute mon enfance à venir jouer dans le jardin », relate une jeune adolescente, qui s’amusait au bord de l’eau.
Plus loin dans une voiture garée, un habitant de Surinam souligne qu’il est venu « prendre de l’air » dans le jardin. « Je suis un enfant du sud, mais j’ai connu le jardin botanique de Curepipe depuis mon très jeune âge. Il n’est plus ce jardin que j’ai autrefois connu. Si rien n’est fait au plus vite, cet endroit va même attirer des drogués. Le jardin doit être réhabilité au plus vite », fait-il ressortir.

Le Jardin botanique sert surtout de raccourci aux automobilistes, en témoigne le trafic de véhicules. Selon les quelques visiteurs, ce jardin risque de « mourir » si les travaux nécessaires ne sont pas entrepris pour le réanimer. À la municipalité de Curepipe, l’on explique que « des travaux sont en cours » et que d’autres travaux vont par la suite venir pour redonner vie au jardin public.

Lors de la dernière réunion du conseil municipal, le conseiller Raj Moothosamy avait présenté une motion pour fermer le lieu en attendant que les rénovations soient entreprises. Motion qui n’a pas été approuvée par le maire, Hans Marguerite. Ce dernier a expliqué que la fermeture du jardin risque de « provoquer un embouteillage » dans les rues à proximité du jardin, car « le public n’aura pas d’endroit pour stationner leur voiture ». 
Il a aussi été question d’installer un panneau pour interdire les visiteurs d’emmener leurs chiens au jardin. Cela à la suite d’un incident qui s’est produit il y a deux semaines impliquant un touriste. Ce dernier a été attaqué par un chien domestique dans l’enceinte du jardin. Le conseil a émis une réserve sur la motion en attendant de trouver une solution adéquate. Toutefois, le maire a proposé de fermer temporairement un des portails afin d’empêcher les automobilistes d’utiliser le jardin comme raccourci. En attendant, la dégradation se poursuit à petit feu.