La situation au Jardin de Pamplemousses préoccupe à nouveau. Une attitude de laisser-aller durant plusieurs années fait qu’aujourd’hui ce lieu est menacé aussi bien sur le plan écologique et économique que sur le plan de la sécurité.
Outre les arbres envahis de termites, la présence d’escargots sur les nénuphars, le pont et les kiosques en ruines, le personnel non-qualifié, ou encore le prix d’entrée élevé, le Jardin botanique de Pamplemousses fait face à une nouvelle menace: des hommes à l’allure louche qui se font passer pour des guides auraient arnaqué des touristes en leur demandant un tarif exorbitant. Plusieurs touristes sont également victimes de vols à la tire. Des rumeurs selon lesquelles les responsables du jardin seraient au courant de la situation circulent, mais jusqu’à présent aucune action n’a été prise selon certains observateurs. Les manquements de l’administration mettraient ainsi le jardin en péril non seulement sur le plan écologique, mais aussi d’un point de vue économique, le jardin n’attirant plus autant les touristes.
Une somme de Rs 600 demandée aux touristes
Assis tranquillement sur les bancs du jardin,  trois hommes louches, selon certains habitués des lieux, guettent patiemment les visiteurs afin d’en trouver ceux qu’ils vont duper. Leur procédé: ils s’assurent que leurs prochaines victimes  soient isolées (généralement en groupe de deux ou trois personnes) et  n’ayant aucun guide officiel. Puis, l’un d’eux s’approche en jouant le rôle de guide et donne des explications sur l’origine de tel ou tel arbre. Selon une source, ces arnaqueurs demanderaient une somme de Rs 600 aux touristes qu’ils bernent. Notre source soupçonne également ces hommes de voler les touristes à la tire. Quid de leur accès au jardin? Ils useraient de leur carte d’invalide pour pénétrer gratuitement le jardin. Des bruits circulent quant au laxisme des responsables du jardin qui seraient tout à fait au courant des pratiques frauduleuses qui se trament dans le jardin, mais qu’ils ne prendraient aucune action, permettant ainsi aux malfrats d’agir impunément tab-nt qu’ils le souhaitent. Une situation qui risque de devenir davantage dangereux si d’autres se joignent à eux, d’autant que d’aucuns pensent que ce sont des drogués qui viennent dans le jardin pour se piquer. À noter que les guides officiels du jardin sont munis d’uniformes et de badge, ainsi le public se doit d’être vigilant lorsqu’il se rend au jardin et rencontre ces arnaqueurs. 
Par ailleurs, les visiteurs déplorent l’état des kiosques. En période de pluies, impossible de prendre abri sous l’un des kiosques. Pour cause: leur toit fuit. Et c’est une situation qui se détériore. «Avant la nouvelle direction, ces kiosques étaient entretenus, regardez aujourd’hui dans quel état ils sont! C’est déplorable!», s’indigne un observateur.Les habitués qui sont témoins de la dégradation du jardin déplorent la façon dont le problème  du jardin est traité: «C’est seulement lorsque le problème est décrié que des actions sont prises mais elles ne durent jamais longtemps jusqu’au prochain tollé», disent-ils. «Le plus étonnant, c’est qu’en aucun cas, les membres du comité administratif ne sont venus faire une visite des lieux et un constat de l’état du jardin», dit-il. Les touristes sont également attristés, voire outrés, de l’état dans lequel se trouve le jardin aujourd’hui. Ceux qui viennent à Maurice régulièrement et qui passent par le jardin se disent étonnés d’un tel constat: les troncs des palmiers sont creux et certains ont été comblé avec du ciment; les nénuphars ont quasi disparus; des termites envahissent les arbres, entre autres. Si quelques années de cela le cadre pittoresque et verdoyant du jardin attirait des visiteurs tant étrangers que locaux, aujourd’hui, selon nos interlocuteurs, les touristes s’indignent du prix d’accès qui a doublé depuis 2012, passant de Rs 100 à Rs 200 alors que les Mauriciens payent Rs 25. Un touriste habitué rencontré par Week-Endsur les lieux s’exclame : «C’est aberrant que même un enfant de 5 ans doit payer le prix d’un adulte, c’est-à-dire Rs 200, s’il est un touriste.»
Le cri de coeur des habitués du jardin botanique de Pamplemousses :«Bizin sov sa patrimwann-la. Avan nouvo ladministrasion bann touris ti interese pou vinn vizite. Nou ti pense ki avek sanzman direkter sitiasion zardin pou ameliore. Me okenn mam bord finn mem fer enn konsta. Si bann gro zarb disparet, nou pou perdi laspe botanik e li pou vinn enn simp jardin de fleurs.»