Ceux passant par le Jardin de la Compagnie sont choqués de voir le sort réservé à une statuette, installée en 2010, en mémoire des enfants victimes de violences. Celle-ci a été privée de sa tête par des vandales. L’ironie est que la plaque qui est apposée au monument stipule : « Non à la maltraitance, au viol physique et mental, à la barbarie, à la brutalité contre nos enfants, à l’innocence volée de nos enfants. » Ce message semble être tombé dans l’oreille d’un – ou de plusieurs – sourd(s) !