L’Association des Consommateurs de l’île Maurice (ACIM) déplore l’annonce de la hausse des tarifs dans le transport en commun. Jayen Chellum, son secrétaire, s’interroge d’ailleurs sur les raisons qui ont motivé une décision si « hâtive » alors qu’« aucune compagnie d’autobus n’a soumis de bilan financier permettant au gouvernement de prendre cette mesure ». Et d’affirmer que « c’est un manque élémentaire de bonne gouvernance et de transparence ». Car, poursuit-il, « si tel n’était pas le cas, le consommateur n’aurait pas eu à payer pour les dégâts d’une ingérence politique et d’une mauvaise gestion ».
Revenant sur les consultations tripartites en vue de revoir le salaire des employés du transport en commun, Jayen Chellum affirme que le ministre du Travail, Shakeel Mohamed, avait fait comprendre que les propositions du gouvernement n’avaient pas pour but de provoquer une hausse du ticket d’autobus. Cependant, « quelques jours après, Anil Bachoo a affirmé qu’une hausse du tarif aura bien lieu (ndlr : jeudi lors d’une site visit à Nouvelle France), annonçant même le pourcentage d’augmentation par la suite (ndlr : vendredi après-midi », soutient-il.
Par ailleurs, l’ACIM déplore le rôle du ministre des Infrastructures publiques dans cette décision, qualifiée de hâtive. Jayen Chellum soutient que cette nouvelle mesure est un manque de respect et d’humanité à l’égard du consommateur, qui est déjà broyé par diverses augmentations.